L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 16 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Photographie  
 

Recherche du temps perdu
Martine d' Astier   Quentin Bajac   Clément Chéroux   Alain Sayag   Lartigue - L'album d'une vie
Seuil 2012 /  39 € - 255.45 ffr. / 400 pages
ISBN : 978-2-02-106000-3
FORMAT : 29,7 cm × 21,5 cm

L'auteur du compte rendu : Alexandra Person est diplômée en histoire de l'art (Master I,II Université Paris-IV la Sorbonne). Elle a plus particulièrement étudié l'art officiel et la propagande sous la colonisation française. Elle participe actuellement à la gestion d'une collection privée d'art moderne et contemporain.
Imprimer

Sacré père fondateur de la photographie américaine dans les années soixante, Jacques Henri Lartigue (1894-1986) jouit d’une réputation d’artiste moderne jamais démentie de son vivant. Quarante ans après la révélation de ses photographies par John Szarkowski, en 1963 au MoMA, l’exposition du Centre Pompidou «Jacques Henri Lartigue, l’album d’une vie» relativisait pour la première fois ce statut. Cette rétrospective qui célèbre l’ensemble de son œuvre photographique dont hérita l’État Français en 1979, a permis une analyse plus rigoureuse du travail de Lartigue, sans comparaison avec l’exposition américaine, restreinte aux représentations spectaculaires du mouvement, vidées de leur contexte de création. La réédition du catalogue Jacques Henri Lartigue, l’album d’une vie, de nouveau disponible sous sa forme originelle avec les textes critiques des grands spécialistes de la photographie et de Lartigue - Clément Chéroux, Quentin Bajac et Kevin Moore -, fait la part belle à la reproduction des albums personnels du photographe, clef de voûte de cette œuvre réellement plus intime que pionnière.

Chez les Lartigue, la photographie est une affaire de famille. Loin du mythe de l’innocence inventé par John Szarkowski (1925-2007), à l’époque de sa découverte, le catalogue démontre que dès son plus jeune âge, Lartigue est initié par son père à la photographie. À l’instar d’une génération d’anonymes de la fin du XIXe siècle, il est effectivement très tôt familiarisé aux techniques et aux trucages de la photographie amateur, qui permettent de saisir l’instantanéité. Le cercle familial et les proches sont régulièrement mis à contribution pour réaliser ces photographies de sauts, de plongeons, d’acrobaties et de décollage qui sont légion en France à la Belle Époque. La famille, la bourgeoisie et les femmes de sa vie (Madeleine Messager, Renée Perle, Marcelle Polucci, Florette Orméa), à partir de 1920, sont les protagonistes immuables d'un monde sans vicissitudes qui porte la marque des enseignements de l'enfance.

Apportant un autre regard sur cette œuvre, le catalogue s'interroge sur ces images entêtantes de bonheur, qu'il relie directement à l'obsession de Lartigue de ne pas retrouver ce qui a été vécu. Fragile, angoissé, il considère effectivement la photographie comme une tentative, parmi d'autres, de conserver une trace de la félicité du moment. Luttant contre le temps qui passe, il produit des quantités névrotiques de photographies, qu'il juge pourtant aussi imparfaites que l'écriture et la peinture à retranscrire la fugacité de l'instant. Pour Quentin Bajac qui rappelle la contribution de Michel Frizot à cette analyse, la composition d'albums dès 1901 est considérée par Lartigue comme une pratique supplémentaire visant à atteindre la perfection du cinéma, en employant sur un mode narratif, la photographie, conjointement à l'écriture et au dessin. Fasciné par le septième art, il réalise des sortes de séquences à l'aide d'une association libre d'images, parfois au mépris de la chronologie. Auteur du récit de sa propre existence, il se compose ainsi une fiction rassurante, faite d'une suite ininterrompue de joies, exempte des souffrances de l'Histoire.

D'une grande subtilité, ce catalogue propose une véritable interprétation de l'activité photographique de Lartigue qui fit date en France. Servi par la merveilleuse iconographie de ses albums, encore inédits en 2003, cet ouvrage a conservé son exceptionnelle qualité documentaire. Au plus près de l'œuvre solaire de ce mélancolique, il est littéralement l'objet d'une vie de création : de l'enfance à la disparition.


Alexandra Person
( Mis en ligne le 13/02/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd