L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 19 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Photographie  
 
Dossier PARIS
Sous le ciel de Paris
Paris et la photographie
Paris au XVIIIe siècle
Un Parisien à travers Paris
I hate Paris
Violences et passions dans le Paris de la Renaissance
Paris pour mémoire
Vivre à Paris de la Restauration à la Belle Epoque
Les Cocottes. Reines du Paris 1900
Histoire insolite des cafés parisiens
Louvre secret et insolite
Paris, Avant Après
Une histoire de Paris par ceux qui l'ont fait
Quel maire pour Paris ?
Le Piéton du Grand Paris
Le Monde à Paris
Paris, La forme d’une ville
Paris et ses grands monuments en 3 D
Paris, Restaurants d’antan et de toujours
Atlas du crime à Paris du Moyen-âge à nos jours
Paris promenades au bord de l’eau
Huit quartiers de roture
Saint-Germain-des-Prés
Les Plus beaux panoramas de Paris
Le Carreau du Temple
Paris en latin / Legenda est Lutetia
Curiosités du Paris haussmannien
Les Halles de Paris et leur quartier
Paris dans la collaboration
Mémoire des rues. Paris 6e arrondissement
Un peu de Paris
Le Paris arabe
Place des Victoires
Les Douze heures noires
Balades littéraires dans Paris
Paris 1200
Regard d'un Parisien sur la Commune
Paris d'église en église
Les Maux & les soins
Paris 1900
Nous irons chanter sur vos tombes
Haussmann
Haussmann le Grand
Les Grands Boulevards
Les Ponts de Paris
La Ville promise
Pays parisiens
Le carnaval des Halles
Henri d’orléans, comte de Paris (1908-1999)
La Trace du fleuve
Napoléon III contre Haussmann ?
Mémoires
Histoire politique de Paris au XXe siècle

Vivantes rues parisiennes dans le premier XXe siècle
Anna Radwan   Mémoire des rues. Paris 6e arrondissement - 1900-1940
Parigramme - Mémoire des rues 2015 /  9.90 € - 64.85 ffr. / 192 pages
ISBN : 978-2-84096-923-5
FORMAT : 16,6 cm × 23,6 cm
Imprimer

La collection ''Mémoire des Rues'', aux excellentes éditions Parigramme, spécialistes reconnues de l’histoire de Paris, de 2003 à 2010 a rassemblé des témoignages photographiques sur les vingt arrondissements de Paris. Cartes postales, photographies, peuplées de personnages qui font revivre l’animation des rues. Double intérêt donc pour le lecteur : retrouver des paysages encore existant ou disparus, et découvrir dans leur cadre les Parisiens des années 1900-1940.

Dans un avant-propos, l’éditeur raconte cette aventure collective dirigée par Jean-Louis Celati et Lionel Moureaux qui ont rassemblé ces documents à partir de la Photothèque des Jeunes Parisiens, association «créée au printemps 2002 par l’association «Soleil», un club de prévention spécialisée du 12ème arrondissement de Paris, composé de militants associatifs et d’éducateurs de rue, très préoccupés par l'avenir de la ville et le mode de vie des parisiens».

Vingt volumes émouvants avec des images dont certaines nous renvoient à une époque qui paraît très lointaine, tandis que dans d’autres les permanences s’imposent. Pour chaque volume, un auteur explique les caractéristiques de l’arrondissement, dont on redonne l’évolution démographique, un plan, et sa personnalité. Les photos sont ensuite classées par quartier et un index final permet de retrouver aisément les rues.

Anna Radwan a par exemple pris en charge le 6ème arrondissement de Paris, une partie du «Quartier latin» avec le 5ème. Un arrondissement paisible qui s’est longtemps partagé entre vie religieuse, vie intellectuelle et universités. Un charme discret qui tenait à sa faible densité de population, aux grands jardins derrière les murs clos des couvents, ou encore au beau jardin de Marie de Médicis, le jardin du Luxembourg.

Bordé au sud par la Seine, au niveau de la place Saint Michel et de sa célèbre fontaine, au Nord par le boulevard du Montparnasse et Port Royal, à l’ouest par la rue de Sèvres et la rue des Saints-Pères, à l’ombre du plus vieux clocher de Paris, celui de Saint-Germain-des Prés. 102782 habitants en 1901, 44790 en 2011… et que de transformations entre ces deux dates !… Feuilleter ce livre d’images, lire les légendes qui les accompagnent, c’est se replonger dans un monde d’hier dont ne demeurent que les murs (et encore, pas tous…).

Anne Radwan donne pour chaque quartier (La Monnaie, Odéon, Notre-Dame-des-Champs, Saint-Germain-des Prés) une présentation à la fois concise et très éclairante, qui retrace la vie du quartier, ses principales personnalités, ses fonctions. Entre textes et images, on éprouve la diversité de ce 6ème : les images du fleuve auprès duquel s’installe le peintre du dimanche, les enfants qui jouent, les bouquinistes et leurs chalands, le bassin du Luxembourg et son loueur-réparateur de bateaux à voiles. Dans ce livre, le plus étonnant, et cela en fait un ouvrage différent des habituels recueils de cartes postales, ce sont indiscutablement les personnages qui peuplent cet univers et qui, eux, appartiennent bien à un monde disparu et vivant : ce vieux monsieur en habit et chapeau melon vu de dos qui, avec deux dames élégantes, transporte les pliants pour venir passer l’après-midi au jardin du Luxembourg en 1934. Une autre époque, à la veille des grands bouleversements qui s’annoncent ! Commerçants posant avec leurs employés devant leurs façades, promeneurs saisis au vol, parfois ombres floues. Chaque photo est datée, ce qui ajoute de l’émotion et enrichit le contexte. Un Paris dans lequel circulent encore de nombreux et variés véhicules hippomobiles, mais où apparaissent les voitures, qui sont entretenues dans des garages eux aussi disparus aujourd’hui.

Autre exemple, le 3ème arrondissement, par Meryam Khouya. Ici encore, l’iconographie est centrale, riche et variée, souvent originale, composée à partir de cartes postales et de photographies recueillies par la Photothèque des Jeunes Parisiens. L'auteure, amoureuse de son 3ème («Aimer le 3e arrondissement, c’est aussi et surtout lui être reconnaissant de ce qu’il apporte à la capitale. C’est savoir que sans lui Paris ne serait pas tout à fait Paris»), nous en propose une visite commentée par quartiers : Arts et Métiers, Enfants-Rouges, le carreau du Temple, Archives, Sainte-Avoye.

Bordé par le boulevard Sébastopol à l’ouest, au nord par le boulevard Saint-Denis, par le boulevard du Temple à l’est, touchant par sa frontière sur la rue des Francs Bourgeois aux hôtels aristocratiques du Marais, le 3ème peut apparaître hétéroclite, populeux et populaire, menacé pendant tout le second XXe siècle par la pioche des démolisseurs, avides de modernité et de salubrité, une menace souvent réalisée… Comme tout Paris intra-muros, son histoire est aussi celle d’un lent dépeuplement : 90230 habitants en 1901, 36848 en 2011...

A chacun son 3ème ou son espace préféré : l’agitation des grands boulevards ou le calme relatif de Sainte-Avoye. Photos des marchandes du carreau du Temple vers 1900, discussions entre une vendeuse et un client qui achète une couronne funéraire, fripières installées à même le sol en 1934. Petits commerces variés : crèmeries, bars et restaurants, fontaines où jouent les enfants du quartier. Davantage sans doute que pour d’autres quartiers, cet ouvrage est marqué par la nostalgie d’un Paris vraiment disparu. Restent quelques enseignes ou maisons célèbres, telle la brasserie alsacienne ''Chez Jenny'', boulevard du Temple, sur le parapet de laquelle posent avec fierté tout le personnel vers 1930. La rue Brantôme également est inchangée, témoignage précieux du Paris du XVIe siècle.

Dans cette promenade dans le temps, le lecteur, voyageur immobile, hésite entre des permanences qui s’imposent (par exemple le croisement de la rue des Archives et des Francs Bourgeois, le cadre architectural, les tracés des rues) et la nostalgie d’un monde disparu : les foules populaires et joyeuses sur l’image d’employés, de marchands, d’ouvriers, et le soulagement d’avoir conservé un quartier d’autrefois : par exemple les Enfants-Rouges ou le carreau du Temple. On peut rester perplexe devant la place de la République, hier comme aujourd’hui passage d’intense circulation, mais plantée d’arbres au début du siècle précédent, devenue aujourd’hui du fait d’une très lourde restauration un univers minéral impitoyable. Inévitablement les vers de Baudelaire, souvent cités, viennent à l’esprit :

«Le vieux Paris n'est plus la forme d'une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d'un mortel»
(Le Cygne).

La ville change ou peut-être davantage encore les habitants et promeneurs qui la font et lui donnent son visage. IL faut se promener dans le livre d’images que commente avec intelligence Meryam Khouya et qui redonne vie à un 3ème arrondissement certes disparu, mais dont les fantômes vivent tout près de nous et le nourrissent en ce début de XXIe siècle.

Tout amoureux de Paris devrait avoir dans sa bibliothèque cette collection ''Mémoire des rues''.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 12/06/2015 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd