L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 22 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Beaux livres & Catalogues  
 

Un beau livre qui mérite d’être lu
Paule Amblard   L'Apocalypse de Saint Jean illustrée par la tapisserie d'Angers
Diane de Selliers 2010 /  160 € - 1048 ffr. / 405 pages
ISBN : 978-2-903656-75-1
FORMAT : 25,6cm x 34,5cm

L'auteur du compte rendu : Emmanuel Bain est agrégé d’histoire et docteur en histoire médiévale. Sa thèse a porté sur «Église, richesse et pauvreté dans l’Occident médiéval. L’exégèse des Évangiles aux XIIe-XIIIe siècles».
Imprimer

Très souvent les “beaux livres” viennent orner tables de salons et bibliothèques, parfois des lutrins, mais rarement les esprits de lecteurs qui ne font que parcourir les images. Ce livre pourra certes remplir cette fonction, mais il serait regrettable de le réduire à ce statut de “beau livre” car c’est aussi une œuvre, et même trois œuvres, qui méritent d’être lues.

Le choix de l’Apocalypse, donnée ici dans la traduction de la Bible de Jérusalem, est particulièrement judicieux. En effet, ce texte célèbre de la Bible, le dernier du canon chrétien, foisonne en lui-même d’images, et se prête donc plus que d’autres à l’illustration. C’est par ailleurs un livre qui suscite la réflexion sur le pouvoir, sur les valeurs dont notre monde est porteur, et son message, bien que prononcé dans le monde romain du Ier siècle, n’a pas perdu de son actualité. Ce bel ouvrage est ainsi une occasion de lire ou de relire ce texte que tout le monde croit connaître, mais qui n’est pas une simple annonce des catastrophes de la fin des temps.

Parallèlement, ce volume met magnifiquement en valeur un chef d’œuvre injustement méconnu : les tapisseries de l’Apocalypse conservées à Angers. Réalisée à la fin du XIVe siècle, c’est une œuvre immense qui mesurait initialement 130 mètres de long sur une hauteur de 6 mètres, et dont il reste la plus grande partie (103 mètres). Avec 64 scènes entièrement conservées, presque tous les passages de l’Apocalypse sont illustrés. Grâce à des photographies réalisées sur le revers de la tapisserie (ce qui ne se verrait aucunement si ce n’était dit), la tapisserie apparaît dans tout son éclat. Pour combler les quelques lacunes, l’éditeur a placé des images de manuscrits qui ont pu inspirer les réalisateurs de la tapisserie.

Cet ensemble est ainsi complet et offre au lecteur une aide précieuse en venant imager et rythmer sa lecture de l’Apocalypse : le texte donne certes sens aux images, mais les images, en introduisant des pauses dans la lecture, sont une invitation à la méditation ou à la réflexion sur le texte, si bien que l’un et l’autre se complètent parfaitement.

À cela s’ajoute le commentaire, ou plutôt la lecture proposée par l’historienne de l’art Paule Amblard. Ses interventions accompagnent chaque scène, parfois un détail, sans constituer un commentaire savant ni de l’Apocalypse, ni des tapisseries d’Angers. Si elle fournit les éléments contextuels indispensables, sa perspective n’est ni celle d’une histoire de l’art soucieuse de l’étude des styles, des couleurs ou du dessin, ni celle d’une histoire de l’exégèse ou de la réception du texte biblique. Elle propose plutôt une lecture assez libre de l’Apocalypse et des tapisseries, qui se caractérise à la fois par le souci de l’intériorisation du message biblique, et par une recherche d’universalité, qui évite d’enfermer l’Apocalypse dans une approche confessionnelle. Elle rend ainsi sensible l’intérêt de ces œuvres pour chacun aujourd’hui.

L’Apocalypse, les tapisseries d’Angers et le commentaire de Paule Amblard constituent ainsi trois œuvres intimement unies aussi bien par la mise en page que par le contenu, et font de ce coffret un cadeau d’autant plus approprié à la période de Noël qu’il est porteur de sens, même si ce sens transcende les religions. Pour l’an prochain, espérons un travail comparable sur le Cantique des cantiques !


Emmanuel Bain
( Mis en ligne le 13/12/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd