L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 19 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Beaux livres & Catalogues  
 

Gloire et déclin de la Tunisie antique
Hédi Sélim   La Tunisie antique
Éditions Mengès 2001 /  59 € - 386.45 ffr. / 260 pages
ISBN : 2-8562-0421-x
FORMAT : 27x32
Imprimer

Au cours des siècles, l’étendue du patrimoine archéologique tunisien a suscité de nombreuses convoitises aux conséquences plus ou moins heureuses. Aux auteurs arabes du Moyen-Âge qui, les premiers, se sont penchés sur ces vestiges, ont succédé des explorateurs européens, avides de découvertes. C’est grâce à ces derniers qu’une première documentation a pu être constituée. Car, dès lors, les richesse archéologiques ont été recensées tandis que l’on recopiait les nombreuses inscriptions latines.

Alors que les pillages en masse alimentaient le trafic d’œuvres d’art durant près d’un demi-siècle, il fallut attendre les années 1880 pour que des mesures de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine tunisien soient établies. Aujourd’hui, l’internationalisation des fouilles et les recherches effectuées ces dernières années ont permis la mise au jour de nouveaux éléments. C’est à la lueur de ces récentes découvertes que l’historien et archéologue Hédi Sélim propose cette somme sur la Tunisie antique.

Dans le présent ouvrage, l'auteur a fait le choix d’un parcours chronologique, de la phase préhistorique, pour laquelle les données restent très incomplètes, en passant par la période phénicienne, puis romaine, jusqu'à l’instauration de l’église chrétienne. Autant de cultures qui se sont succédé, croisées, imposées les unes aux autres. Le contact avec l’Orient, amorcé avec l’arrivée des Phéniciens, constitue un événement fondateur. De nouveaux horizons s’ouvrent pour le continent africain resté jusqu'alors à l’écart des civilisations florissantes du Proche-Orient. Carthage, fondée par des colons de Tyr conduits, selon la légende, par Didon, devient capitale de l’empire. Rivale de Rome, elle sera détruite à la suite des guerres puniques, puis reconstruite par Scipion l’Africain en 146 av. J.-C., devenant capitale de l’Afrique romaine puis de l’Afrique chrétienne avant son déclin, lié aux invasions barbares du 4e siècle ap. J.-C..

Ces vagues d’occupation successives et sa situation en plein cœur de la Méditerranée confèrent à la Tunisie un statut original. Des courants d’échanges contribuèrent à assurer son rayonnement durant l’Antiquité. Les nombreux objets découverts, importés ou fabriqués sur place, témoignent d’échanges commerciaux et artistiques importants. À l'instar d'autres découvertes récentes, une maison romaine mise au jour à El Jem (200 km au sud de Tunis) a contribué à une meilleure connaissance de l’urbanisme et de l’architecture mais aussi, indirectement, à celle de la vie de la cité ou de la diversité des rites funéraires.


Souad Hali  Sélectionné par ArtAujourdhui.com
( Mis en ligne le 08/03/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd