L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 8 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Beaux livres & Catalogues  
 

L’alchimie des matières
Annie Caubet   Geneviève Pierrat-Bonnefois   Faïences de l’Antiquité - De l’Egypte à L’Iran
Musée du Louvre 5 Continents 2005 /  35 € - 229.25 ffr. / 206 pages
ISBN : 8874392389

Exposition au musée du Louvre du 10 juin au 12 septembre 2005.
Imprimer

Le Louvre sort de l’ombre son extraordinaire collection de faïences antiques en exposant un ensemble d’œuvres provenant d’Egypte, du Proche Orient et du monde grec. Figurines votives, récipients, décors palatiaux, amulettes magiques, illustrent les différents savoir-faire mis en œuvre pour l’élaboration des matières vitreuses du IVe millénaire avant notre ère, à l’époque romaine.

La démarche pédagogique du Louvre est ici exemplaire : loin des expositions « spectacles », le musée poursuit sa réflexion inaugurée lors de l’exposition « Ivoires » sur la compréhension des techniques de fabrication des artisans antiques. Cherchant à imiter les pierres colorées onéreuses, lapis-lazuli ou turquoises, ces alchimistes habiles ont découvert l’art de transformer les minerais siliceux en matières brillantes et transparentes prêtes à capter les couleurs chatoyantes de pigments minéraux.

Suivant un cheminement chronologique, chacune des quatre salles de l’exposition présente des œuvres emblématiques du millénaire concerné. Souvent négligées des visiteurs pour leur apparence anodine, les superbes faïences « bleu égyptien » révèlent ici leur secret de fabrication : un silicate de cuivre, la cuprorivaïte. Exportées dans le bassin méditerranéen, d’étonnantes gourdes du Nouvel An égyptiennes rappellent la valeur de ces productions de haute technologie. Des vases en terre cuite glaçurée du IIIe siècle aux motifs végétaux soulignent l’évolution et la diversité des techniques appliquées jusqu’à la domination romaine.

La scénographie des œuvres rend justice au propos délibérément didactique de l’exposition : la première salle explique les différents termes et technologies employés liés à la naissance des matières vitreuses : faïences, frittes, verres, céramique glaçurée, autant de subtiles différences qui n’auront plus de secret pour le visiteur. Des miroirs judicieusement placés permettent d’apprécier les détails de cuisson. Une fois franchie cette étape sollicitant ses capacités d’analyse, le nouvel initié accède à l’émotion et aux plaisirs de la contemplation des prouesses techniques.

On se surprend à regarder d’un œil neuf des œuvres dédaignées. Le gobelet à tête féminine de Minet el Beida, habituellement perdu dans sa vitrine du Levant loin des flots touristiques, se révèle le chef-d’œuvre inconnu des arts du feu. Les adorables aryballes en forme de hérisson charment tant pour leur beauté plastique que par leur qualité d’exécution. Tous ceux qui gardent un souvenir cuisant des équations de chimie découvrent alors la science sous un jour nouveau. Celle-ci n’est pas réservée aux esprits épris d’abstractions, elle a ici un sens, celui du regard.

Le catalogue :
Cet ambitieux catalogue se veut une référence dans l’étude des matériaux vitreux et des procédés de fabrication des faïences antiques. Il reprend le plan et les textes explicatifs de l’exposition et explicite les techniques utilisées ainsi que les analyses réalisées par les laboratoires scientifiques du Louvre. Chaque objet de l’exposition est ici photographié et commenté de façon claire et exhaustive. La qualité des prises de vue rend justice au propos : la brillance des surfaces et le rendu des couleurs sont fort bien restitués, la représentation recto-verso de certaines œuvres dévoile toutes leurs facettes. Nul doute que l’ouvrage fera date et ravira les amateurs ou les étudiants en histoire de l’art.

Un regret néanmoins : pourquoi ne pas avoir repris des schémas explicatifs sur les modes de fabrication (en particulier ceux d’un vase en verre) ? De façon générale, un dessin valant mieux qu’un long discours, pourquoi ne pas pousser le souci pédagogique jusqu’au bout : il aurait été plus clair de dessiner ou photographier les différentes étapes des diverses « recettes » de matières vitreuses ! Espérons qu’une future réédition du catalogue comblera cette lacune… en attendant avec impatience la prochaine exposition sur d’autres matériaux en été 2006 !


Nolvenn Bécel
( Mis en ligne le 29/07/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd