L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 24 octobre 2020
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Beaux livres & Catalogues  
 

Naissance d’une nation
 collectif   L’Art russe, dans la seconde moitié du XIXe siècle - En quête d’identité
RMN 2005 /  54 € - 353.7 ffr. / 463 pages
ISBN : 271184952x
FORMAT : 22,1 x 28,2 cm
Imprimer

L’exposition organisée par le Musée d’Orsay l’hiver dernier, donne lieu à un catalogue où l’intelligence du propos suscite l’intérêt surpris du néophyte. En résonance avec les préoccupations contemporaines, il présente l’élaboration dans la Russie tsariste du XIXe siècle d’un art proprement russe. Pluridisciplinaire, l’exposition regroupait pour la première fois près de 500 œuvres de 1870 à 1914, mobilier, sculptures, objets d’art, tableaux parmi les plus célèbres comme le tableau Ivan-Tsarevicth sur le loup gris. Le catalogue traite aussi des apports dans l’architecture des innovations stylistiques en présentant photos et plans de réalisations de la fin du XIXe siècle.

Le réalisme des sujets traités ou la recherche autour des traditions populaires peuvent rebuter de nombreux curieux plus enclins à apprécier l’Avant-garde russe et ses abstractions, non traitée sur la période. Il est vrai que l’exubérance colorée des décors architecturaux en céramiques émaillées ou l’étonnant tableau de Vroubel Le Preux, peuvent déconcerter, ou ravir l’amateur. Le parcours thématique proposé et repris par le catalogue est une initiation très pédagogique pour les plus rétifs. Il permet au lecteur d’entrer au hasard dans l’ouvrage sans se laisser impressionner par la richesse des textes et de l’iconographie. Les notices explicatives pour chacune des œuvres de l’exposition sont ainsi regroupées en fin de catalogue, permettant un accès rapide aux informations plus précises.

Une première partie met en perspective l’exaltation de la terre russe, ses vastes plaines et ses sombres forêts avec la genèse de la question nationale et ses problématiques sociales. Ruralité et religiosité sont représentées par des tableaux saisissants tels La procession religieuse dans le gouvernement de Koursk de I .E Repine. L’émergence d’une littérature nationale autour des génies, Tolstoï ou Gogol, enrichit l’imaginaire des artistes. les misères sociales et les luttes politiques sont alors dépeintes par le groupe des Ambulants qui marque en 1863 un tournant dans l’art russe en refusant l’académisme. L’ouvrage éclaire l’importance de ce groupe d’artistes peintres qui se plongent dans la réalité russe, créant en dépit de la censure. Ils vont permettre à leurs successeurs de développer à la fin du siècle un style « moderne ».

Mais c’est le questionnement sur les origines de la Russie qui donne lieu au développement le plus original. La recherche quasi ethnologique que mènent les artistes sur l’identité russe est représentée dans ce catalogue tant par la démarche photographique que par les recherches des arts décoratifs. A l’image du mouvement anglais Arts and Craft, la Russie s’est ressourcée dans la réinterprétation de son histoire et de ses traditions slaves. Autour du mécénat de l’industriel Mamontov ou de la princesse Maria Ténichéva, largement illustré dans le catalogue, émerge un Art nouveau russe. La création de l’atelier de menuiserie d’Abramtsevo a valeur d’exemple : reprenant des motifs populaires sculptés sur des mobiliers rustiques, Elena Polenova a développé un vocabulaire esthétique propre, associant dynamisme des formes géométriques à la force expressive des créations de la nature. A l’aube du XXe siècle, ce mouvement est source d’inspiration pour les artistes du courant néo-primitiviste, représentés par Malevitch, Larionov en peinture, ou Konenkov en sculpture. L’ouvrage conclut avec pertinence sur la filiation des artistes de l’Avant-garde russe avec leurs prédécesseurs.

Ce catalogue fait avancer la compréhension du lecteur envers l’histoire de l’art russe, souvent peu connue de nos esthètes occidentaux. Par la qualité de ses analyses ainsi que par sa mise en page, l’ouvrage se démarque des habituels catalogues d’exposition souvent limités à de beaux livres d’images commentées. Ce faisant, il interroge les racines d’un art national, questionne l’identité d’un peuple et de sa culture… une thématique qui, dans les soubresauts de notre terre mondialisée, ressurgit avec acuité.


Nolvenn Bécel
( Mis en ligne le 23/09/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd