L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 septembre 2021
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->    
 

On achève bien les peintres
Bernard Fillaire   Lautrec, l'enchaîné
Noêsis 2001 /  31.05 € - 203.38 ffr. / 127 pages
ISBN : 2911606515
Imprimer

D'Artaud à Van Gogh en passant par Nerval, Maupassant et tant d'autres, il y aurait une "histoire de l'artiste interné" à écrire. Le séjour d'Henri de Toulouse-Lautrec à la clinique Saint-James de Neuilly, de début mars à la mi-mai 1899, en constituerait certainement un chapitre de choix. C'est ce chapitre qu'évoque Bernard Fillaire dans ce bel album, sans jamais laisser l'anecdote prendre le pas sur ce qui fut au coeur de la vie de l'artiste : la peinture.

Interné contre son consentement à la suite d'une violente crise de delirium tremens, Lautrec - tout comme ses geôliers - allait vite comprendre que l'acte de peindre était le seul qui lui permettrait, d'abord de rester en vie, ensuite de gagner la liberté. Encouragé par le personnel de la clinique (un établissement haut de gamme spécialisé dans les "petits mentaux" : écrivains, artistes, créateurs tourmentés), il produit de mémoire une série de dessins et de tableaux autour d'un thème obsédant : le cirque. Dans un monde terrassé par la folie, les feux de la rampe et la piste aux étoiles lui tiennent lieu de paradis perdu. Mais les gradins de ce théâtre intime sont à jamais désertés et, bientôt, l'alchimie du trait et de la couleur cède le pas à une sorte de réflexe mécanique. Entré à Saint-James fou (peut-être) mais génial (à coup sûr), Lautrec quitte la clinique, le 19 mai, vidé de toute substance. L'autorisation de sortie signée par les médecins équivaut à un arrêt de mort. Interdit de capitale, le peintre se réfugie à Albi, à Bordeaux, à la recherche du déclic qui remettrait en branle la machine créatrice. Las ! Ni l'alcool, ni la musique, ni les femmes ne le sortent de sa torpeur. Il s'éteint en septembre 1901, laissant derrière lui cet "oeuvre au noir" que sont les carnets de Saint-James.

Une belle et sobre évocation de cette déchéance, qui est aussi un pari littéraire. On regrettera seulement les nombreuses coquilles dont ce "beau livre" est entaché. Pauvre Antonin Art(h)aud !


Pierre Brévignon
( Mis en ligne le 07/12/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd