L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 20 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Quand vient l'heure du choix...
Mercedes Deambrosis   Juste pour le plaisir
Seuil - Points 2013 /  7.60 € - 49.78 ffr. / 350 pages
ISBN : 978-2-7578-1458-1
FORMAT : 11,0 cm × 18,0 cm

Première publication en janvier 2009 (Buchet Chastel)
Imprimer

Juste pour le plaisir procure la même sensation que la pratique d’un puzzle, une exaltation teintée d’embarras, embarras qui au fil de la construction se volatilise au profit d’une excitation entêtante. Les divers personnages sont éparpillés dans des villes, des contrées et des époques différentes. Deux pour être exact : 1938/42 au cœur de la Seconde Guerre mondiale et 1987.

Les courts chapitres jouent et accentuent la confusion. Chacun fixe des brins d’histoires, des bourgeons de rencontres, de conflits, d’états d’âme et le sens de ce patchwork de personnalités troubles et singulières échappe au lecteur. Des indices sont parsemés et posés au détour d’une pensée ou en conclusion d’un dialogue. Alors, ce qui semblait obscur voire abscons dessine une cohérence qui va crescendo. Mercedes Deambrosis excelle dans la technique du suspens.

Sur fond de collaboration avec l’occupant ou au contraire de résistance pour certains, la romancière traite de cette épineuse question du positionnement vis à vis de la population juive. Délation et profit personnel, silence consentant et culpabilité, prise de risque et rejet du joug de l’ennemi ? Qu’ils soient policiers, tenancier de bar, petites gens, jeunes soldats ou tueur en série, les personnages mis en scène sont à un moment donné de leur parcours confronté à ce choix intime et lourd de conséquences. Chacun porte en lui une vérité ou plus précisément une justification d’un geste, d’une parole qui parfois mènent à la déportation ou à la mort. Bêtise, pulsion, opportunisme, naïveté, haine, vengeance, frustration, peur, faiblesse… Qu’est-ce qui les motive ainsi dans leur acharnement à écraser l’autre, à conserver un quotidien misérable pour des trajectoires de vie guère honorables ?

Les individus, ici, sont moches, détestables souvent minables et correspondent à l’énergie savoureuse de ce roman noir. Entre alcoolisme, pauvreté, mesquinerie, pingrerie et solitude, ces hommes et ces femmes souffrent. Le flottement moral et idéologique imposé par le régime de Vichy sous l’ombre de IIIe Reich libère la violence prédatrice des Hommes. Ces personnages ont tous un lien entre eux, souvent sans en avoir conscience. Les fils connectant ainsi ces particules humaines dessinent un monstre affreux, cynique, un monstre que l’on appellerait Humanité.


Frédéric Bargeon
( Mis en ligne le 20/12/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd