L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 28 février 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Détournement évangélique?
Eduardo Mendoza   Les Aventures miraculeuses de Pomponius Flatus
Seuil - Points 2010 /  6 € - 39.3 ffr. / 217 pages
ISBN : 978-2-02-098263-4978-2-7578-1766
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en mars 2009 (Seuil)

Traduction de François Maspero

Imprimer

Pomponius Flatus, philosophe… avec un nom comme celui-là, est-il seulement besoin de décrire le héros du dernier roman de l’écrivain espagnol Eduardo Mendoza (Le Labyrinthe aux olives, Une comédie légère, Sans nouvelles de Gurb…) ? L’intrigue, au rebours de La Dernière tentation du Christ, se situe en Palestine romaine, premier siècle de notre ère. Parti en quête d’eaux miraculeuses, Pomponius Flatus se trouve entraîné dans une sombre affaire de meurtre, qui prend place dans un petit village. Un artisan local ayant assassiné un notable romain, Epulon, le procès et la condamnation s’imposent au gouverneur romain Appius Pulcher… Mais le fils de l’artisan, bien convaincu de l’innocence paternelle, ne l’entend pas de cette oreille et fait appel au philosophe pour rétablir la vérité…

Intrigue banale ? Crime à l’antique ? Sauf que l’on est à Nazareth, que le père en question s’appelle Joseph, et que son agaçant descendant se nomme Jésus… Alors forcément, l’intrigue policière sur fond d’occupation romaine, au classicisme tout antique, vire à l’iconoclasme… De fait, l’enfance du Christ est un mystère, à peine évoqué (sauf dans les Évangiles apocryphes) et donc il fallait bien qu’un auteur s’attaque à la question. Mendoza le fait avec son humour habituel. Dès la première page, le style – une dissertation sur la diarrhée, sur le modèle des prologues antiques – pose l’ouvrage : parodique et gentiment scabreux.

Et bien sûr, Mendoza exploite son filon et ne se prive pas de faire apparaître, outre ses héros, quelques guest stars évangéliques (Zacharie, Lazare, pas encore mort mais guère ressuscitable, Jean, Judas… déjà mal parti dans la vie). De même, il truffe son texte de passages tirés des Évangiles (d’un «Lève toi, Pomponius !» aux accents miraculaires, jusqu’au «Ecce Homo», inévitable !) et de références (Jésus propose 20 deniers à Pomponius pour l’engager : à 10 près, cela devenait douteux). La lecture est, à cet égard, assez jubilatoire, un beau cas de détournement !

Mais c’est surtout le face-à-face entre le philosophe empêtré dans sa philosophie et un jeune Jésus péremptoire et mystérieux qui vaut le détour. L’auteur sait, discrètement, parodier la parole évangélique en faisant tenir à l’enfant des propos à la fois hermétiques et vagues, bien propres à décontenancer un Pomponius un peu pédant et prompt au débat philosophique. Toutefois, si Jésus nomme Pomponius «abbounni» (diminutif sympathique de rabbi, maître), c’est bien pour éclairer une relation d’affection : entre le philosophe naturaliste aristotélicien et le futur messie se tisse un dialogue qui est celui du christianisme et de la philosophie antique.

Une comédie légère donc, gentiment parodique, non pas faite pour choquer les consciences, mais pour amuser et donner à penser.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 07/06/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Dernier Voyage d'Horatio II
       de Eduardo Mendoza
  • L'Artiste des dames
       de Eduardo Mendoza
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd