L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 septembre 2021
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Dégel
Penelope Fitzgerald   Début de printemps
Gallimard - Folio 2009 /  6 € - 39.3 ffr. / 255 pages
ISBN : 978-2-07-039804-1
FORMAT : 11cm x 18cm

Traduction de Cyrielle Ayakatsikas.
Imprimer

Romancière britannique, Penelope Fitzgerald, n’est pas un des auteurs les plus connus en France. Dommage ! Car elle possède au plus haut point cet art du récit propre aux romancières anglaises, qui transforme la banalité du quotidien en épopée, et l’individu moyen en héros…

Début de printemps se passe à Moscou en 1913. Le héros, dont les états d’âmes sont disséqués avec une froide ironie par Penelope Fitzgerald, est Frank Reid, imprimeur anglais de nationalité, mais né en Russie. Son épouse Nellie vient de le quitter sans préavis, emmenant avec elle leurs trois enfants, Dolly, Ben et Anouchka, qu’elle se décidera finalement à déposer dans une gare, plus loin. Elle même part vers une destination non avouée qui sera finalement l’Angleterre. Comment Frank Reid, après avoir récupéré ses enfants, s’installe-t-il dans une nouvelle vie ? Tel est le sujet du roman.

L’un des héros du récit est Moscou, ville indolente, d’une superbe inertie, capitale déglinguée de la corruption et du fatalisme, traversée de personnages insensés directement issus de la grande tradition littéraire russe. Aux côtés de Frank : Selwyn Crane, qui se veut absolument disciple de Tolstoï qu’il a croisé naguère, Selwyn, à l’empressement obsédant et encombrant, dont les mobiles sont énigmatiques avant d’être brutalement mis en lumière sur la toute fin du livre. Dans sa solitude peuplée, Frank rencontre Madame Graham, épouse efficace du pasteur, Miss Kinsman, improbable institutrice licenciée par la famille aristocratique qui l’employait et qui finalement regagnera l’Angleterre, qu’elle aurait peut-être dû ne jamais quitter. Son beau-frère Charlie vient passer huit jours à ses côtés… Le personnage de comédie Kouriatine, marchand de son état. De tous, la plus intrigante est Lisa, que lui présente l’infatigable Selwyn. Qui est vraiment cette blonde jeune fille silencieuse venue de la campagne et qui va quelques semaines s’occuper des trois enfants ? On comprend les sentiments qu’elle inspire à Frank mais, elle qu’en pense-t-elle ?...

Penelope Fitzgerald a manifestement pris beaucoup de plaisir à dresser cette galerie de portraits incisifs, les femmes étant beaucoup mieux traitées que les hommes. Une lecture un peu décalée, parfaitement «romanesque», avec une grande économie de moyens.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 04/12/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd