L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 29 février 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Habitant de la solitude
Carlos Liscano   L'Ecrivain et l'autre
10/18 2011 /  7,50 € - 49.13 ffr. / 211 pages
ISBN : 978-2-264-05257-5
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication française en janvier 2010 (Belfond)

Traduction de Jean-Marie Saint-Lu.

Imprimer

Carlos Liscano est un auteur uruguayen que les lecteurs français ont eu l’occasion de découvrir il y cinq ans à l’occasion de la parution de La Route d’Ithaque. Né à Montevideo en 1949, il est devenu écrivain lors de son emprisonnement sous la dictature militaire. 13 années d’enfermement dans les pires conditions ; lorsqu’il est libéré en 1985, il part vivre en Suède, pays qu’il choisit pour recommencer à zéro une autre vie, loin de toute racine, des souvenirs. Sa voix diffère profondément de nombre d’auteurs sud-américains dont on a l’habitude en France. Pas de fantastique, ni d’imagination débridée, rien de baroque dans cette écriture sèche, presque blanche, ici davantage encore que dans les textes, romans et nouvelles précédents, puisqu’il est question de l’impuissance à écrire.

Une impuissance que Liscano traque dans les nuits d’insomnie, dans les fragments d’écriture qui constituent ces 89 courts chapitres, de taille inégale. Une impuissance qui pourrait paraître paradoxale puisque justement il est désormais reconnu comme écrivain, et même un écrivain prolifique qui a affronté tous les genres ; et que, outre les reconnaissances de l’extérieur, il se sait écrivain avant tout. «Août 2001. J’ai cinquante-deux ans. J’ai fait de l’écriture une chose inséparable de ma vie. En dépit de tous les obstacles Liscano est écrivain et rien d’autre. Amours, passions, lectures, tout a fini par se réunir en une seule et unique chose : l’écriture».

Au fil des pages, de façon décousue, mais sur ce même thème, Liscano nous livre ses interrogations : «Écrire, c’est créer une voix, un style qui donne forme au monde. Un style n’a pas à être élégant ou cultivé. Il doit être personnel. Voir le monde depuis son propre style est une invention parallèle à celle de l’écrivain. Le style et l’écrivain sont la même invention. Inventé le style, inventé l’écrivain. Même si ça ne suffit pas. Parce que l’écrivain est plus que le style».

On retrouve la tentation de l’ascèse, l’exigence absolue de liberté, la solitude qui en est la clé. Un texte intéressant, âpre, un texte nocturne et assez désespéré sur la place de l’écrivain dans la cité, qui se termine par la description et l’analyse d’un rêve, qui oppose la beauté et la vie : «La tentation est grande de contempler la beauté du chemin et de ne jamais arriver vers «les autres». La contemplation de la beauté conduit à la mort par asphyxie. Ne pas arriver vers «les autres» signifie mourir, mourir privé d’air».

Écrire : un chemin vers les autres, même si l’écrivain habite la solitude ; écrire : une exigence de survie, la clé de la liberté, mais à la dure contrepartie, l’angoisse qui étreint lorsque l’écriture se tarit.

Un texte âpre, inquiet, qui interroge l’énigme de l’écrivain.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 01/02/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Route d'Ithaque
       de Carlos Liscano
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd