L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 27 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

La vie sans Nathan
Olivier Adam   Le Coeur régulier
Seuil - Points 2011 /  6 € - 39.3 ffr. / 218 pages
ISBN : 978-2-7578-2443-6
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en août 2011 (L'Olivier)
Imprimer

Une femme, Sarah ; l'épouse d'un homme accompli et brillant, taillé sur mesure pour l'époque, Alain, cadre sup ambitieux, libéral sécuritaire habillant de morale sa crainte de tout : M. UMP en somme, un pantouflard en costard n'y voyant pas plus loin que toute ombre... ; la mère de deux enfants qui - ça y est - lui ont échappé (leur présent n'est pas le sien) ; elle-même cadre sup dans une entreprise lambda dont les codes, dont l'habitus, jeu de l'oie tiré de la ''pédagogie'' Sup' de Co, ont fini de l'épuiser, de la vider, de la désincarner. Sa chair ? Qui elle fut ou rêva d'être. Sa chair, c'est aussi son frère, Nathan, son alter ego que la vie lui rendit antithétique, sa faute à elle. Une chair meurtrie : son frère est mort - suicidé ? accidenté ? - tombé du haut d'une falaise au Japon...

Le deuil crée l'appel d'air, trace la ligne d'une fuite nécessaire. Elle décide donc de partir, quittant un boulot, une entreprise qui s'était de toute façon débarrassé d'elle, délaissant une famille où elle ne se reconnait pas. Direction le Japon et cette falaise où, nombreuses, les âmes en peine viennent s'échapper, malgré la vigilance sage et inquiète d'un certain Dombori.

Dans l'étrangeté nippone, une pension abritant des personnalités bigarrées, Sarah étoffe son deuil, mesure la distance qui l'avait séparée d'un frère qui, lui, toujours, resta chevillé à sa poésie, un sens de la liberté pas tous les jours facile, mais liberté quand même. Des rêves d'écriture, un amour secret, un plus grand secret encore... dont la mort n'aurait pas dû constituer la suite logique. La vie...

Olivier Adam offre avec Le Cœur régulier une pièce nouvelle, toujours belle, triste et travaillée, à son édifice littéraire. Auteur ''mâlancolique'' - osons le mot ; il lui va comme un gant -, chez qui la mort est l'étalon de l'amour, le lien nécessaire, le ciment invisible. Un auteur romantique aussi : le spleen d'une âme seule trouve dans des éléments peu amènes mais toujours envoûtants la scène de son théâtre chagrin ; ici le Japon, une côte, sa falaise meurtrière et ses brumes. Avec toujours, une attention aux détails - lumières, impressions, sensations tactiles - plantant un décor et densifiant la narration. Un beau roman triste offrant à travers le regard d'une femme perdue un constat dur mais vrai sur notre époque.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 16/09/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Des vents contraires
       de Olivier Adam
  • Passer l'hiver
       de Olivier Adam
  • A l'abri de rien
       de Olivier Adam
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd