L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 31 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Enfance, adolescence, jeunesse… 1900-1927
Julien Green   Souvenirs des jours heureux
J'ai lu 2011 /  6,70 € - 43.89 ffr. / 283 pages
ISBN : 978-2-290-01476-9
FORMAT : 11cmx18cm
Imprimer

Si l’on en croit l’éditeur, ce livre est resté plus ou moins inconnu jusqu’en 2007, date à laquelle on a retrouvé le manuscrit, traduit de l’anglais par l’auteur lui-même qui l’avait écrit en 1941-1942 alors qu’il était en exil aux États-Unis. Si l’on s’intéresse à l’œuvre de Julien Green (1900-1998), on sait qu’il existe déjà une autobiographie écrite en 1974, intitulée Jeunes années. On peut donc imaginer que ce curieux ''nouvel'' ouvrage ne soit qu'une redite ; il n’en est rien, mis à part deux ou trois événements connus de la biographie de l’auteur. Plus dépouillé que cette dernière, le présent ouvrage retrace les grandes étapes de la jeunesse de l’écrivain.

Ce récit (et non un roman comme il est indiqué sur la couverture) tranche un petit peu avec les autres essais autobiographiques de l'auteur car c’est le livre d’un réfugié de 42 ans, un homme encore jeune qui décide de revenir pour la première fois sur son enfance parisienne. Le style y est à la fois très relâché et direct. Sans se passionner toujours pour le propos de l'auteur, on ne peut qu'être extrêmement attaché à son caractère sensible. Green est peut-être l’un des rares écrivains ayant écrit sur lui-même (romans d’inspiration personnelle, essais, autobiographie, et un journal intime colossal relatant près de quatre-vingt années) que l’on ne peut taxer de narcissisme ; il fait avant tout œuvre de littérature. En bon mémorialiste du XXe siècle, Green s’attache en effet aussi bien aux descriptions d’un monde qu’aux portraits de ses contemporains, non sans passer par une âpre analyse psychologique de sa propre personne.

Ces mémoires ne dérogent pas à la règle. Julien Green est un parisien américain. Ce sont les années d’avant-guerre qui sont décrites dans un premier temps. La vie de famille à Passy, la scolarité au lycée Janson de Sailly, les rêves du jeune écolier, puis la guerre et l'engagement volontaire pour la Croix Rouge, enfin, ses études à Savannah puis le retour à Paris et le projet de devenir peintre. Vient ensuite la consécration avec son premier ouvrage, Pamphlet contre les catholiques de France (1924) qui révèle un talent d’écrivain. Mont-Cinère (1926) puis Adrienne Mesurat (1927) lui permettront assez rapidement de vivre de sa plume. Tous ces faits sont merveilleusement décrits déjà dans son autobiographie. Ici, on est dans l’esquisse, la narration, l’évocation. On assiste au parcours du jeune écrivain avec attention, déjà porteur de l’œuvre à venir. Sa relation impossible avec Marc, quand il étudie à Savannah, n'est pas évoquée ici.

Outre ce retour à la jeunesse de Green, ce récit offre pour intérêt de réaliser la distance nous séparant de l'époque où il fut enfant, un temps révolu. Cent ans ont passé et nous séparent d'un temps où les cancres récitaient du Virgile, où les voyous jouaient leur réputation aux billes, où les jeunes peintres rencontraient dans la minute Matisse ou Mike Stein, où l’on était accepté dans les salons de Cocteau, où l’on hésitait à 20 ans entre Grasset et Gallimard bien avant d’écrire le moindre mot ! Malgré la grande tuerie de 14/18 et la perte de certains proches, le jeune Green évolue dans un univers à sa convenance, où les grandes dualités sont dans la psychanalyse, dans l’art et la politique. Les crises financières, telles qu’il les raconte, ne durent qu’une journée et demie !

Figure importante du siècle passé, Green le rêveur, le flâneur solitaire, homme discret mais écrivain prolifique, propose ici une première ébauche de ce qui sera son œuvre autobiographique. Un retour sur sa prose permet de ne pas l’oublier, et de plonger dans un univers à la fois calme et tourmenté.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 04/04/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L’Inconnu et autres récits
       de Julien Green
  • Mont-Cinère
       de Julien Green
  • Mon Amérique
       de Julien Green
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd