L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 30 mars 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Histoires de muses
Camille de Peretti   La Casati
Le Livre de Poche 2012 /  6,60 € - 43.23 ffr. / 288 pages
ISBN : 978-2-253-16289-6
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en avril 2011 (Stock)
Imprimer

Après trois romans oscillant entre hommage aux grandes figures de la littérature et récit contemporain, Camille de Peretti (née en 1980) s’attaque à une muse quelque peu oubliée, voire délaissée par la postérité, La Casati, dont le seul talent consista à inspirer quelques grands artistes du début du siècle dernier. Man Ray l’immortalisa en 1922 en photographiant la marquise de manière involontairement floue, lui laissant apparaitre deux paires d’yeux !

Comme il existe des ouvrages de vulgarisation scientifique, Camille de Peretti propose une vulgarisation du genre biographique en évoquant de manière historico-fictionnelle l’existence pour le moins mouvementée de Luisa Adele Rosa Maria Amman, dit La Casati (1881-1957), qui connut la gloire, le succès puis, fatalement si l’on peut dire, la déchéance.

L’écrivaillon (comme l’auteur se définit elle-même) propose trois schémas narratifs au lecteur. Le premier consiste à lui expliquer comment elle a été amenée à travailler sur ce personnage et les recherches qu’elle a pu faire pour en arriver à ce résultat, le second s’attache à la description chronologique de l’existence de la jeune femme, puis le dernier propose de revenir sur une période bien précise (qui se donne en comparaison avec la vie de la muse) de la vie de l’auteur elle-même, la jeune et belle Camille de Peretti, au moment où elle a cru devenir une actrice incontournable !

Car c’est en lisant la biographie de La Casati que de Peretti a vu poindre un rien de ressemblance entre elle et la muse. Car elle aussi voulait en devenir une, une étoile qui apparaitrait sur les écrans de cinéma et un modèle qui inspirerait son peintre de mari. Mais comme Luisa, toute proportion gardée, ses rêves de paillette et de gloire s’écroulèrent en les personnes du réalisateur qui l’engagea et qui n’était autre qu’un vieil amoureux transi qui lui tendait un traquenard, ou de son mari nettement plus doué en caprice qu’en peinture et qu’elle finit par quitter ! Du coup, Camille décrit Luisa dans toutes les postures, en orpheline, en ingénue, en muse de d’Annunzio, en modèle de Van Dongen, en sujet de Man Ray, ou encore en amante de Romaine Brooks.

Si l’on est nettement moins convaincu de l’intérêt culturel de La Casatti (en tout cas telle qu’elle est racontée par l’auteur) qui n’était ni Kiki de Montparnasse, ni Lee Miller, on s’intéresse davantage à Camille de Peretti qui se met en scène, notamment par l'évocation d'un parcours quelque peu chaotique lui aussi. En écrivain sans prétention, elle lance deux-trois choses justes et fort à propos sur les relations homme-femme, la littérature moderne ou encore le destin d’une «mondaine», quelle soit d’aujourd’hui ou du siècle passé. Car malgré son joli minois et sa plume alerte, de Peretti se voit refuser les entrées par lesquelles elle se voyait déjà en haut de l’affiche ; c’est plutôt rassurant de voir cela. Et chose curieuse, la littérature, comme souvent chez les rejetés, lui permet de rebondir.

En rendant hommage à une femme banale mais brutale (et dont le principal attrait était de briller en société et sur écran), de Peretti saisit l’envers du décor en construisant son propre personnage, plus écorché, moins frivole, en phase avec son époque plus cynique et moins guillerette. Par ce parti littéraire d’écrire sa propre biographie en partant d’une autre femme, on reste plus attaché au présent qu’au passé. En effet, La Casatti apparaît comme une mondaine classique des Années folles, préfigurant ainsi l’importance donnée aux «people» de nos jours, malgré leur inanité et leur vide intellectuel. De Peretti, en jeune femme qui a encore des rêves de princesse, peut admirer son aînée, voire s’en imprégner, mais l’important est de se trouver. Et là où l'on s’attendait à une lecture de midinette, on ressort avec, dans l’esprit, un ouvrage sans prétention mais qui remplit son contrat de double biographie. Camille de Peretti parle de «ses héros de la générosité» ; son livre, en s’attachant à une femme un peu seule, un peu en marge, lui rend un bel hommage. Que demander de plus ?


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 13/07/2012 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd