L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 2 décembre 2022
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Trahie !
Mary Wesley   La Resquilleuse
J'ai lu 2013 /  7.10 € - 46.51 ffr. / 282 pages
ISBN : 978-2-290-04152-9
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en juin 2011 (Editions Héloïse d’Ormesson)

Traduction de Michèle Albaret

Imprimer

Après une vie bien remplie, Mary Wesley (1912-2002) a commencé à écrire à 70 ans ! Ses livres avaient été publiés en français mais n’étaient plus disponibles ; les éditions Héloïse d’Ormesson ont eu l’excellente idée de les rééditer. Ainsi La Resquilleuse, éditée en Angleterre en 1983, en France en 1994 sous le titre Souffler n’est pas jouer (aujourd'hui en poche). Dans ce délicieux roman, écrit sur un ton léger, mais qui parle de choses graves, Mary Wesley décrit avec élégance et nonchalance un monde excentrique, «so British»… On pense en la lisant à Nancy Mitford davantage qu’à Jane Austen, mais elle s’inscrit bien dans cette tradition solide de romancières anglaises qui jouent avec talent des codes romanesques, construisent une intrigue comme un «ouvrage de dame» et tiennent le lecteur en suspense sur des situations et des gestes insignifiants.

Ici Matilda, l’héroïne, a tout perdu : son mari Tom, mort d’une crise cardiaque à Paris, son chat, son chien ; il ne lui reste que Gus son jars, amoureux d’elle et compagnon de tous les instants. Elle vient de se livrer à un nettoyage systématique et approfondi de son cottage à l’écart du village, a réglé ses factures, laissé quelques instructions : bref, elle a mis sa vie à jour. Ses enfants vivent loin d’elle, dans tous les sens du terme : Mark l’ennuyeux garçon «parfait», Louise et Anabel les deux filles légères, trop belles, Claud le préféré, ambivalent, dont le charme ne laisse insensible ni les hommes ni les femmes.

Matilda décide d’en finir avec une vie qui ne l’intéresse plus : elle confie Gus à un fermier rustre, elle répond une dernière fois au téléphone à John (qui se fait désormais appeler Piers), l’ami londonien, et elle part, avec un panier de pique-nique garni de Beaujolais et de brie français, pour une ultime baignade à marée haute. Mais ce soir-là le destin en décide autrement : des jeunes bruyants envahissent son espace, et lorsqu’elle se résout à se jeter du pont, elle se heurte à un homme… Rapidement, elle découvre l’identité de celui-ci : Hugh, qui fait la une de tous les journaux comme matricide ! Il vient de tuer sa mère et est en cavale… Matilda n’en a cure, ce qu’elle constate c’est que son suicide est ajourné…

S’ensuit toute une série d’aventures et mésaventures dont on ne dira rien pour en réserver tout le plaisir au lecteur… Un voyage à Londres, la comédie des apparences, Matilda naïve, seule à ne pas mentir est sans aucun doute la plus jeune de toute cette société brillante, mondaine, égoïste et cruelle. Une réflexion sur la trahison sous toutes ses formes…

Bien écrit, léger comme une bulle de champagne, inconsistant et sérieux à la fois : un joli roman sur la comédie humaine…


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 15/07/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Un héritage encombrant
       de Mary Wesley
  • La Pelouse de camomille
       de Mary Wesley
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd