L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 20 août 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Modernité et poésie
Jess Walter   La Vie financière des poètes
10/18 2014 /  8,40 € - 55.02 ffr. / 377 pages
ISBN : 978-2-264-06425-7
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en avril 2011 (10/18)

Traduction de Jean Esch

Imprimer

Romancier, journaliste, essayiste, scénariste, poète même... Jess Walter explore toutes les formes d’écriture. La Vie financière des Poètes est son cinquième roman... et il ne déçoit pas.

Walter y raconte la vie de Matthew Prior, qui, deux ans avant le début du roman, avait eu l’idée de créer Poetfolio.com, un site internet consacré à la poésie... sur la finance. Le site fut une faillite, et Matt revint au monde du journalisme... où il fut rapidement licencié. Sans emploi, un mariage en ruines et menacé de perdre sa maison, son existence est bouleversée. Le roman se déploie sur fond d'une économie en berne et les conséquents pour les gens et leurs familles. Désespéré et criblé des dettes, Matt Prior poursuit alors une opportunité lucrative mais illégale : l’herbe...

Avec le personnage de Matt Prior, Walter donne au public l'itinéraire de notre alter ego. Prior est un homme perdu, qui ne peut s'empêcher de commettre des erreurs, mais c'est à la fois un personnage que la lecture nous rend sympathique et touchant : il reflète nos propres erreurs et les impasses de notre société. Walter démontre à l'écriture comment la vie quotidienne peut subir des effets ''boule de neige'', comment on peut devenir impuissant face aux obstacles. Croyant que la réponse à ses problèmes est de dealer de l’herbe, pour se refaire une santé financière, réparer son mariage, payer ses dettes, Prior se compromet avec l'univers de la drogue. Et bien que le roman pointe ainsi ses travers et ses erreurs, il reste un être touchant, sympathique et amusant. Il est attentionné avec ses enfants et veut sauver sa relation avec sa femme, Lisa, qui passe son temps sur internet, où elle parle à son ex-petit ami, qui prend soin, aussi, de son père vieillissant. Walter dépeint une relation réaliste entre Matt et Lisa. On peut voir toute la fragilité de leur couple, et la distance se creuser entre eux, la tension gagner en intensité. Quant à Facebook, le roman en souligne tous les aspects négatifs, les impasses de ces réseaux sociaux. Un livre d'actualité, donc.

Le style de Jess Walter possède une vraie énergie, un rythme et un humour qui retiennent l’attention et tiennent la lecture jusqu’à la dernière page. Les dialogues y sont toujours pleins d’esprit et prenants. Walter joue avec le langage et le roman contient aussi les poèmes de Prior : Haïkus, limericks, villanelles et vers libres, absurdes et drôles le plus souvent. Un de poèmes s'attaque ainsi aux strings : «Je n’ai rien contre le string, politiquement et esthétiquement, ça ne me gêne pas qu’il soit en haut ou dehors ou n’importe où ailleurs. La seule question est : quand les mères ont-elles commencé à en porter?» Les références sont les poètes Elizabeth Bishop, Walt Whitman ou Robert Frost.

Un roman pour poètes et amoureux de la poésie donc. L'épopée moderne et banale d'un anti-héros comme nous, aux prises avec des logiques aussi terribles qu'ubuesques.


Christy Dentler
( Mis en ligne le 25/08/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Entretien avec Jess Walter
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd