L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 12 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Triste époque
Armistead Maupin   Mary Ann en automne - Chroniques de San Francisco - Tome 8
Seuil - Points 2012 /  7.40 € - 48.47 ffr. / 347 pages
ISBN : 978-2-7578-2824-3
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en mai 2011 (L'Olivier)

Traduction de Michèle Albaret-Maatsch

Imprimer

Trompée en direct sur Skype, atteinte d'un cancer de l'utérus, Mary Ann, autrefois star de la télévision locale à Frisco, revient au bercail pour son opération. Mouse, Michael Tolliver (double romanesque d'Armistead Maupin), l'ami de la jeunesse, l'héberge. Lui, homosexuel vieilli sinon vieil homosexuel, vit en couple avec plus jeune qui lui, Ben, pépiniériste comme lui. Leur couple est fort parce qu'il est libre : Michael tolère les incartades de Ben, du moment qu'elles suivent les balises dont ils ont convenu ensemble. Ben qui travaille aussi avec Jake, transsexuel, femme d'autrefois se voulant aujourd'hui homme qui, de son côté, séduit un missionnaire venu à la Sodome moderne convertir les âmes égarées... En fait de mission sacrée, c'est à ses propres démons que Jonah se soumet, nouant une fraternité plus que virile avec Jake. S'il savait...

Quant à Shawna, fille de Mary Ann et blogueuse suivie sur la toile pour ses enquêtes olé olé, elle s'entiche d'une clocharde au passé mystérieux. Un mystère remontant au San Francisco des premiers tomes des Chroniques, et Mary Ann elle-même... Enfin, Anna Madrigal est toujours là. La vieille dame fait en fait de la figuration dans l'histoire ; elle semble attendre son heure.

Retour dans la baie de San Francisco, et retrouvailles avec des personnages suivis depuis 20 ans. Leurs tribus, leurs histoires, anecdotes et intrigues fleurant parfois le roman de gare. Armistead Maupin tire à la ligne avec ce huitième tome de Chroniques qui n'ont plus ni la saveur ni la fraicheur d'antan. On s'y plonge parce qu'on a aimé les six premiers tomes. Mais ce dernier en date est lui aussi un de trop, peut-être, comme le précédent (Michael Tolliver est vivant).

Peut-être ce roman, social d'une certaine manière, déçoit-il aussi parce qu'il reflète son époque, déprimée, rangée, en manque d'idées et de combats politiques. En manque de fête et de jeunesse. On reprochait parfois à Maupin d'en faire trop dans l'éthos gay, avec ses backrooms et ses jeux sexuels délurés, ses personnages fantasques et trop clownesques. On lui reproche ici l'inverse, un assagissement qu'on associerait au vieillissement et à l'embourgeoisement, avec caniches et courses au supermarché bio du coin, week-ends à la montagne et salles de sport pour maintenir la forme. Toujours aussi gay ; peut-être plus triste.

Mais ne boudons pas trop le plaisir, qui est là, qui est vrai.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 06/06/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Entretien avec Armistead Maupin (2008)
  • Michael Tolliver est vivant
       de Armistead Maupin
  • Autres chroniques de San Francisco & Babycakes
       de Armistead Maupin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd