L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 septembre 2021
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Ultime apprentissage
Jean-Louis Fournier   Veuf
Le Livre de Poche 2013 /  5.90 € - 38.65 ffr. / 136 pages
ISBN : 978-2-253-16731-0
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en octobre 2011 (Stock)
Imprimer

Je suis veuf, Sylvie est partie le 12 novembre. C'est bien triste. Cette année, on n'ira pas faire les soldes ensemble». Tout est dit, le ton est donné. Comme d'habitude avec Jean-Louis Fournier, c'est simple, c'est cru, on va à l'essentiel. Comme d'habitude aussi avec l'auteur et comme dans ses précédentes œuvres, Mon dernier cheveu noir, Histoires pour distraire ma psy ou Où on va, papa ?, c'est dur mais tellement vrai, c'est réaliste comme c'est cynique. C'est plein de recul, c'est truffé d'humour et de poésie. Pas d'analyse forcement, que des faits, de l'auto-dérision et que des émotions. «Quand je voulais te mettre en colère je disais que tu étais une bonne ménagère. Tu rangeais tout et je ne retrouvais rien. Aujourd'hui, je n'ai plus rien à perdre». Tout sonne juste ; tout est vrai, tout est triste, seuls les souvenirs sont gais. Le ton est le bon, le rythme est beau ; c'est un hommage à sa femme, une très jolie lettre d'amour posthume.

L'auteur évoque tout ce qui tourne autour du deuil ; le manque, les réveils difficiles, le rapport aux objets du disparu - «Gracia Marquez a écrit les gens qu'on aime devraient mourir avec toutes leurs affaires» -, les réactions de l'entourage, les voisins, la maison bâtie ensemble dans laquelle il est difficile de revenir : «le passé cristallisé, le futur pas très sûr».

Une œuvre sur la solitude, la solitude du chagriné, la solitude de l'endeuillé, une œuvre sur la vie qui passe, sur l'instant présent qu'on a du mal à saisir, sur le deuil et le souvenir de l'autre qui colle : «Je suis comme un personnage comique qui tente de retirer un morceau de scotch de son doigt et le colle à un autre doigt, cela indéfiniment, le sketch dure longtemps. Tu es bien plus collante morte que vivante».

Un livre sur l'après, sur la vie sans l'autre, sur l'apprentissage d'une nouvelle vie ; c'est un livre sur la survie.


Anne de Gaillande
( Mis en ligne le 20/02/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd