L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 2 juillet 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Femme fatale
Jonathan Dee   La Fabrique des illusions
10/18 2013 /  9.10 € - 59.61 ffr. / 560 pages
ISBN : 978-2-264-06045-7
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en août 2012 (Plon)
Imprimer

Un roman étonnant, crépusculaire, touffu, de Jonathan Dee, dont Privilèges (traduction française, 2011) a reçu le prix Fitzgerald. Plus de 500 pages pour une action qui se déroule avec des flash-backs entre les années 1970 et les années 1990. Au départ, l’Amérique des classes moyennes, avec le couple de parents, Roger et Kay Howe. Cadre chez IBM (elle aussi entreprise phare de l’Amérique des années 70), Roger installe sa famille dans un coin paumé ; c’est la première phrase du livre : «Une ville du nom d’Ulster dans le centre de l’Etat de New-York - à l’ouest de l’Hudson, mais tout de même plus proche d’Albany que de Syracuse ou de Buffalo - avait connu une brève période de prospérité dans les années 1960 et 1970 quand IBM avait ouvert un département régional des ventes sur l’emplacement d’une ancienne laiterie, à deux bourgs de là».

Si Roger réussit bien dans sa carrière, en revanche Kay est l’image même de la ''femme désespérée'' dans cette minuscule ville où tous se connaissent, ont le même âge, la même composition de famille (deux enfants : un garçon, une fille), les mêmes centres d’intérêt. Leurs enfants, Richard et Molly, sont élevés dans cette ambiance terne et conformiste sous un confort extérieur, et dans le silence d’une famille où nul ne communique. Leurs conversations sont vides de sens et ne sont pas temps d’échange mais moments d’affrontement.

Or la communication est justement au cœur du roman : communication entre les différents personnages autour de Molly, la silencieuse, d’un silence qui confine à l’aphasie, en apparence passive ; communication qui est le métier de John à Manhattan au début des années 1990. Métier qu’il mène avec grande efficacité dans une agence de publicité dont l’un des fondateurs est Mal Osbourne. John, ancien amoureux de Molly, rencontrée à San Francisco où il menait des études d’histoire de l’art tandis que Molly fuyait ses parents pesants, accueillie par son frère Richard. Richard qui lui aussi vit une autre forme de communication impuissante : obsessionnel depuis l’enfance, adolescent brillant, il s’enfonce progressivement dans un discours évangélique, et devient le gourou d’une secte intolérante, prêchant au coin des rues de San Francisco où les passants ignorent ses prophéties catastrophistes.

Dans cette société qui se délite, et dont l'évolution empire au cours des vingt années envisagées, un recours pourrait exister pour rétablir du lien : l’art. C’est en quelque sorte le pari de Mal Osbourne qui abandonne son agence prospère pour en fonder une autre dans le Sud, à Charlottesville. Mal Osbourne qui recherche la beauté pour elle-même. Et en arrière plan, Jonathan Dee oppose New York, la ville de l’éphémère, de la vitesse, la ville où le sens se perd, et le vieux Sud, réservoir de valeurs intemporelles, lieu de beauté, un Sud que l’on voit à travers les thèmes valorisants de l’architecture coloniale, de l’élégance intemporelle, de la gastronomie raffinée, aux antipodes des goûts de la société de consommation.

Le pari de Mal Osbourne : faire de la publicité sans aucune allusion au produit, mais uniquement en présentant une création artistique. Il s’entoure de créateurs et de publicitaires sans leur donner de consigne autre qu’aller au bout de leurs envies. Son pari réussit au-delà des espérances, mais Mal Osbourne ne peut tout contrôler et l’aventure se perd dans une catastrophe finale ! Entretemps, John a retrouvé Molly l’insaisissable, qu’il reperd tout aussitôt. Plusieurs des personnages du roman veulent à leur façon sauver le monde et la société : Richard avec la foi, Mal Osbourne avec la beauté, deux universitaires avec leur exigence de pureté… La très belle Molly est peut-être une figure de cette société insensible à cette volonté de rédemption.

Ce beau roman crépusculaire se termine sur une fin volontairement énigmatique.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 25/09/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Privilèges
       de Jonathan Dee
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd