L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 13 novembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

L'arrière-Montparnasse
Patrick Modiano   L'Herbe des nuits
Gallimard - Blanche 2014 /  6.20 € - 40.61 ffr. / 168 pages
ISBN : 978-2-07-045696-3
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication en octobre 2012 (Gallimard - Blanche)
Imprimer

La plume dépiaute le temps, l'allonge, le distend à partir de notes, noms, adresses, jetés, allusifs mais suggestifs, entre les lignes d'un carnet noir, celui de Jean, alors étudiant en lettres, la tête prise aussi par Tristan Corbière, Jeanne Duval et la baronne Blanche (qui donna son nom à la rue parisienne). Mais pas seulement : les bribes d'une vie à rebours de l'université enlacent comme un puissant lierre les notes du jeune docte. Une intrigue obscure, amoureuse, dangereuse, se dessine entre ces lignes, comme elle se dévoile entre les axes d'un Paris Atlantide, quand le quartier Montparnasse ne connaissait pas encore sa tour, entre terrains vagues, rues éteintes, hôtels interlopes : il l'appelle "L'arrière-Montparnasse".

Modiano excelle dans la peinture à l'acide nostalgique de cette capitale d'antan, plus humaine, moins parfaite, façonnée aussi des accidents et des détours, des cafés lugubres, charmants pour cela même, des appartements vieillots, des quidams aux formats autres. Les péripéties de Jean, rappelées par l'écrivain qu'il est finalement devenu, à l'aide de ce carnet noir, ce vestige, renvoient au Paris de Fallet, mais un Paris de nuits, d'automne et de brumes, un Paris qui, dans les années soixante encore, ressemble à celui des deux guerres.

L'héroïne se nomme Dannie ; Jean la fréquente, idylle suggérée, subtilement, jamais vraiment dite (comment Modiano fait-il pour dire tant en disant si peu ?...). Elle loge à l'Unic Hôtel et côtoie ses créatures, elle a vécu ailleurs et porté d'autres noms... Qui fut-elle ? Qu'a-t-elle fait... Voire commis ? Et quels sont ses rapports avec ces hommes dont le narrateur égraine les noms plusieurs fois dans l'intrigue : Chastagnier, Duwelz, Marciano, Aghamouri...

Des années plus tard, l'histoire se retricote, gagne en densité sans jamais vraiment asphyxier le mystère (comment fait-il, encore ?...). Un crime. Deux balles perdues. Par qui ? Pourquoi ?

On lit les mots de Jean/Modiano, bercé, adulte, par ce voyage sans destination ni route bien tracée, fasciné par ce retour dans le temps, conscient de la matière que les années passées renferme encore, matière piégée aussi par quelques mots et leur incroyable densité. Un régal, une sortie du présent salutaire, un roman qui reste.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 18/06/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Horizon
       de Patrick Modiano
  • Dans le café de la jeunesse perdue
       de Patrick Modiano
  • Accident nocturne
       de Patrick Modiano
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd