L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Choc des cultures, choc de lecture
David Mitchell   Les Mille automnes de Jacob de Zoet
Seuil - Points 2013 /  8,90 € - 58.3 ffr. / 741 pages
ISBN : 978-2-7578-3218-9
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Manuel Berri (Traducteur)
Imprimer

David Mitchell, tout récemment adapté au cinéma (Cloud Atlas / Cartographie des nuages, hallucinante épopée humaine à travers les âges), remarqué également pour un roman intimiste et touchant revenant sur son adolescence anglaise dans les années 80 (Black Swann Green, horriblement traduit par Le Fond des forêts), est un auteur européen à ne surtout pas perdre de vue : encore jeune, il a produit déjà des oeuvres amples, à la maîtrise pour tout dire confondante, de la littérature comme on n'en fait plus, comme on n'ose plus en faire. Même constat avec Les Mille automnes de Jacob de Zoet.

Près de 800 pages plongeant le lecteur dans le Japon encore médiéval de la fin du XVIIIe siècle. Un roman fleuve, à tiroirs, oscillant entre les affres de la diplomatie européenne au Japon (les Pays-Bas d'abord, l'Angleterre ensuite), ceux du commerce qui lui est intrinsèquement lié, les ombres du trafic et de la corruption, eux-mêmes consubstantiels de ces échanges, l'entre-choc enfin d'individualités fortes, qu'il s'agisse d'ambition, d'amour ou... de science.

Choc des cultures, choc de lecture. On ne sait comment l'auteur a tissé sa toile, comment il a pu se documenter et combler les interstices de l'histoire d'un ciment littéraire aussi puissant. Le résultat surprend, conquiert et subjugue. Car quand bien même on finira peut-être par se perdre d'un chapitre à l'autre, de la proue d'un navire marchand aux couloirs d'un palais shogunal, en passant par les sentiers menant à un couvent étrange, tout se tient, tout fait corps. La scène liminaire est un chef d'oeuvre en soi : l'accouchement impossible d'une certaine Mlle. Kawasemi, assistée d'une sage femme experte. En quelques pages, Mitchell saisit son lecteur.

La sage femme en question se nomme Orito Aibagawa. Formée à la médecine occidentale, elle séduit Jacob de Zoet, jeune hollandais venue en extrême Orient faire commerce. Un amour impossible, tenté mais impensable, interrompu de fait par la déportation - pas d'autre mot possible - de la jeune femme dans le couvent du mont Shiranui, aux rituels et pratiques monstrueux... Telle est l'une des trames d'un roman qui en compte des dizaines, des tractations patientes entre Néerlandais et Japonais à la menace anglaise... et la disparition des Pays-Bas par la volonté d'un certain Bonaparte.

Dans la densité du texte, l'auteur fait avancer son récit lentement, par détours et impasses. Finalement, en 800 pages, l'économie des mots est réelle et témoigne d'une maîtrise littéraire qui laisse profondément admiratif.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 24/04/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Fond des forêts
       de David Mitchell
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd