L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 14 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Matthew, Angus, Domenica, Bertie et les autres…
Alexander McCall Smith   L’Insoutenable légèreté des scones
10/18 - Domaine étranger 2014 /  8.10 € - 53.06 ffr. / 428 pages
ISBN : 978-2-264-06201-7
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Nadège de Peganow (Traducteur)
Imprimer

Un nouvel ensemble de chroniques du 44 Scotland street à Edimbourg (qui peut se lire seul, en ignorant les tomes précédents). Pour les fidèles d’Alexander McCall Smith, un nouveau bonheur de lecture : tous les héros de cette saga sont présents : Bertie et son insupportable mère, Irène, toujours entichée de psychanalyse, férue de Mélanie Klein et bien décidée pour leur plus grand bien à pourrir la vie de son mari et son fils aîné, le jeune Ulysse étant provisoirement à l’abri tant qu’il est nourrisson. Bertie apprend à mieux se défendre, soutenu dans sa courageuse conquête de l’autonomie par son ami Tofu et son père, Stuart, mais… le chemin est rude !

Irène a du mal à se remettre du départ du Docteur Fairbairn pour Aberdeen, heureusement celui-ci a un remplaçant, et Bertie va donc garder sa séance de psychothérapie dans l’infernal emploi du temps que lui a concocté sa mère perfectionniste, entre cours d’italien et de yoga. Angus et Cyril son chien à la dent en or poursuivent leur vie de vieux célibataires, et Domenica, qui a renoncé aux expéditions lointaines qu’exigeait son métier d’anthropologue, semble désireuse de reporter ses observations sur un terrain plus proche : Edimbourg et... Angus. Matthew épouse Elspeth, l’ancienne institutrice de Bertie ; a-t-il mesuré toutes les conséquences de son acte ? L’insupportable et narcissique Bruce semble vivre une véritable conversion, tandis que Big Lou, la tenancière du pub, reste fidèle à elle-même, chaleureuse en amitié, malheureuse en amour…

Quelques mystères non élucidés : où sont passés les six chiots de Cyril, qu’Angus avait été contraint de recueillir ? Les hommes utilisent-ils tous de la crème hydratante ? Ulysse ressemble-t-il vraiment au Docteur Fairbairn ? D’où Lard O’Connor tient-il le tableau qu’il apporte à Matthew ?

Alexander McCall Smith passe de l’un à l’autre de ses personnages au fil de ces chroniques qui dressent une réjouissante comédie humaine aux couleurs farouchement écossaises, sur fond de tartans, de pubs, de whisky et de saumon fumé. Écosse avant tout ! Et résistance aux institutions européennes : par exemple, en s’échangeant sous le manteau de la marmelade d’orange non conforme aux normes communautaires… Il y aussi le charme de l’épicerie fine italienne Valvona & Crolla, chez qui Irène comme Domenica achètent huiles et vins.

Par petites touches Alexander McCall Smith modifie les vies de ses héros, sans remettre en question leurs traits essentiels, et tout se finit comme d’habitude par un grand dîner chez Domenica au cours duquel Angus déclame un long poème sur l’amour et ses vertus.

Un moment de détente assuré !


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 28/03/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd