L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 19 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

''Car mon nom est légion'' ?
Claire Castillon   Eux
Seuil - Points 2015 /  5.90 € - 38.65 ffr. / 133 pages
ISBN :  978-2-7578-5195-1
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Première publication en mars 2014 (L'Olivier)
Imprimer

Elle est enceinte et entend des voix, plutôt des murmures, des conseils, des jugements, des suggestions ou des demandes, voire des ordres. «Elle», c’est la narratrice : brodeuse inspirée dont les créations sont recherchées, amoureuse d’un héros des cimes et future mère.

Tout baigne ? Pas vraiment : il y a déjà ses parents déjà, un peu falots et trop déprimants pour faire de bons parents de future mère, et puis surtout, il y a les «eux», ces aïeux, ces «héréditaires» qui s’infiltrent à travers les tuyaux, dans les murs, jusque sur l’oreiller, et parlent, causent, revendiquent un rôle, une place, veulent intégrer le bébé futur dans leur descendance. Ce récit raconte une guerre entre Eux et Elle, une guerre où chacun use et abuse des armes de la famille : la mémoire, les souvenirs, les vérités qui fâchent et celles qui devraient rester tues, les secrets dévoilés, etc. L’enjeu, le bébé, la vie, et la liberté d’être soi, sans devoir rendre des comptes à ceux qui vous aiment ou au reste du monde.

Avec Claire Castillon, on est loin du roman rose, du happy end dégoulinant ou des cinquante nuances de gris… Plutôt le noir, l’acide, la folie maîtrisée (ou non). Avec cette version schizophrène de Rosemary baby, l’auteur livre un soliloque hanté, confrontant le lecteur à ces fantômes que chacun porte en soi : les aïeux, la société, les «autres». A la lecture, on pense à la formule terrible de Sartre : «L’enfer, c’est les autres». A l’évidence, l’enfer de la narratrice s’appelle le monde, tout ce qui peut, et va, la séparer de son enfant, à commencer par son histoire personnelle.

Eux, c’est un peu l’envers de Naissance, le gros roman primé de Yann Moix : même maîtrise du verbe, même fantaisie qui se joue de la grammaire et du vocabulaire, même folie, mais ramassée au plus court, avec des phrases brèves, qui claquent et une espèce de colère, de hargne, qui dégouline du texte et saisit le lecteur. Naissance évoquait une naissance, Eux raconte une non-naissance, un refus de vie teinté d’une folie douce.

Une fois de plus, Claire Castillon fait la démonstration d’un ton et d’un style forts, déstabilisants, singuliers au sein de la production littéraire française : une plume acide qui séduit autant qu’elle bouscule. Et une œuvre littéraire qui, progressivement s’impose, comme une voix originale et poétique.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 20/04/2015 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Naissance
       de Yann Moix
  • Les Couplets
       de Claire Castillon
  • Les Bulles
       de Claire Castillon
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd