L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 15 novembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Tout ira bien
Jean-Philippe Blondel   Un hiver à Paris
Pocket 2016 /  6,20 € - 40.61 ffr. / 187 pages
ISBN : 978-2-266-26160-9
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm
Imprimer

On aime la plume sans fard, sans lard, de Jean-Philippe Blondel, le parti pris du peu de mots pour dire l'indicible, le deuil, la peur, les décalages affectifs qui nous font et nous décousent. Autofiction ou pas, qu'importe. Doit-on savoir qui est ce ''je'' ? Il existe dans les lignes. Cela suffit.

Un ''je'' fragile, encore jeune, celui de Victor, étudiant ayant quitté l'ennui de la Province, une famille qui ne le comprend déjà plus, pour un grand lycée parisien, l'enfer de la prépa. Attention, clichés : Paris, la Province, le Quartier Latin, l'hypokhâgne mangeuse d'hommes... Ils sont là, assumés, dans les observations et le malaise de ce jeune pas tout à fait à sa place dans ce microcosme social devenu topos littéraire. Un rat des champs illustrant les lois bourdieusiennes, brillant mais venu à Paris avec d'autres capitaux, sociaux, culturels, que ceux d'étudiants bien nés n'ayant eu qu'à traverser la rue.

Le récit sur un peu plus d'un an d'une entrée dans l'âge adulte, accouchement dans la douleur commençant par un décès, celui de Matthieu, l'autre-que-soi suicidé dans la cour du lycée. Trop de pressions, de secrets. La faute à qui ? Des parents séparés ? Un professeur trop spartiate ? Des névroses mal digérées?...

Le jeune narrateur étant sans doute l'ami le plus proche de Mathieu - ce qui ne veut quasiment rien dire -, se noue autour de lui, lui qui, jusque-là, était par essence invisible, une série de relations humaines. Avec le proviseur, certains professeurs, le premier de la classe et, finalement, le père de Mathieu, adulte avec qui se tisse un lien étrange... mais nécessaire. Au contact de ces êtres, eux-mêmes hantés par leurs peurs et leur honte, Victor se sent vivre à nouveau, entre effleurement des peaux et dialogues.

Et la confirmation d'une vocation : écrire. Victor devient auteur à l'orée de la tragédie. Le roman est alors celui d'un apprentissage, celui du récit, d'une faculté à tailler dans l'épaisseur du temps des formes étranges, qui ne sont ni réalité ni fantasmes. La littérature, quoi.

Un roman court, dense, touchant, qui murmurera des comptines connues à ceux, provinciaux ou pas, passés au moulin des classes préparatoires. Triste itinéraire d'où, comme souvent chez Blondel, naissent malgré tout les possibilités d'une rédemption, les germes d'un épanouissement intime.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 18/01/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Et rester vivant
       de Jean-Philippe Blondel
  • Un minuscule inventaire
       de Jean-Philippe Blondel
  • This is not a love song
       de Jean-Philippe Blondel
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd