L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 26 février 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Adiós a mamá
Eric Fottorino   Dix-sept ans
Gallimard - Folio 2019 /  8 € - 52.4 ffr. / 281 pages
ISBN : 978-2-07-287350-8
FORMAT : 11,0 cm × 18,0 cm

Première publication en août 2018 (Gallimard - Blanche)
Imprimer

Retour à la mère. Après avoir célébré, questionné, rappelé dans plusieurs romans et récits le rapport à ses pères - le biologique et l'adoptif -, Eric Fottorino prend ici le temps de la maman. "Ma mémoire me roule dans la farine. Une grande traînée blanche. Dans mon souvenir, tu n'étais ni mon père ni ma mère. Je ne sais pas qui tu étais". Car Lina était une enfant quand elle accoucha d'Eric, seule, à Nice, à dix-sept ans, loin de la honte, loin des rumeurs et de la bienséance chrétienne observée par sa mère dans un village de Charente.

C'est ce temps-là que le romancier et journaliste explore ici, de retour à Nice dont il palpe le pouls, retrouvant dans les scènes contemporaines celles que sa mère croisa il y a bientôt soixante ans. L'écrivain détient ce pouvoir, une synesthésie par laquelle les mots disent des époques en les confondant ; Fottorino excelle dans cet art jouant de l'espace, du temps et du verbe. Attentif au sens et au son des mots, il en montre ou rappelle les ambiguïtés fortuites mais pas si insensées, comme une grammaire alchimique par laquelle le contenant diffracte le contenu. Magique.

Et poétique. D'une beauté et d'une tendresse désarmantes, tristes aussi, pour dire le temps qui passe, les occasions manquées pour s'aimer bien, la laideur du présent qui bride la chanson des sentiments, toujours plus à l'aise... à l'imparfait. "Je n'ai plus retrouvé nulle part ces tablées où un un seul coeur battait à l'unisson dans notre poitrine. Où le pain souriait".

Le romancier poursuit donc le récit de sa propre genèse, rappelant aussi les héros de ses précédents textes, la grand-mère pieuse et acariâtre, les deux pères, les silences, les mensonges, un divorce et un suicide. "Il faudrait essayer des manières plus douces de s'aimer". Dans le point aveugle de cette reconstruction identitaire, la famille actuelle, la femme et les enfants. Ecrire au présent est toujours inconfortable. Affaire à suivre.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 10/01/2020 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Korsakov
       de Eric Fottorino
  • L'Homme qui m'aimait tout bas
       de Eric Fottorino
  • Questions à mon père
       de Eric Fottorino
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd