L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 22 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

''La vie des morts...''
Jean-Marie Laclavetine   Une amie de la famille
Gallimard - Folio 2020 /  7,50 € - 49.13 ffr. / 224 pages
ISBN : 978-2-07-287644-8
FORMAT : 10,7 cm × 17,8 cm
Imprimer

La sœur est morte, disparue, voilà... A la Toussaint 1968, à Biarritz, dans l'écume d'une vague fourbe venue piocher de jeunes gens en goguette. Une de ces balades typiques, bol d'air après un déjeuner de famille. Jean-Marie Laclavetine, alors âgé de 15 ans, est là ; il survit avec ses frères et Gilles, le fiancé d'Annie. Elle, elle meurt.

50 ans après, exactement, le souvenir, longtemps tu dans la famille - une famille française typique, avec ses croix au murs, ses cartes syndicales, sa raideur, sa douceur, ses secrets -, ressurgit et doit s'ébrouer sous la plume d'un petit frère devenu vieil écrivain. ''La vie des morts...'', disait souvent Jean, le père. Jean-Marie Laclavetine, auteur consacré, éditeur respecté, se lance en 2018 dans cette enquête familiale. L'âge sans doute, les morts aussi, celles des grand-parents et des parents, Jean et Janine, tout un continent de souvenirs éteints, le portent à "confronter la mémoire à son impuissance".

Cela donne ce récit juste mais vain. Jean-Marie exhume les correspondances, confronte ses souvenirs à ceux de son frère Bernard, de Lydie, la meilleure amie, de Gilles enfin. Souvenirs et reliques fondent cet impossible pèlerinage : "Je vis dans un brouillard indifférencié où se mêlent des sensations d'autrefois et des rêveries d'aujourd'hui, des images naufragées, des ombres incertaines".

D'où il ressort que la sœur est bel et bien morte, donc insaisissable. Le récit en pâtit... Ou bien tient-il sa promesse, justement ? Constater l'impuissance de la mémoire. 50 ans plus tard, que reste-t-il ? Il reste, mieux que les souvenirs, les mots qui les mettent en forme, c'est essentiel chez le romancier ; leur ordonnancement, une magie qui s'opère pour ressusciter la défunte et, avec elle, une famille, des parents amoureux, une société française dont le corset n'a pas encore lâché : Annie, jeune fille, subissait la pression des parents, un carcan que, forte tête, elle secoua dans tous les sens.

Une amie de la famille dit remarquablement cela : outre la perte d'un être cher, le constat d'un temps perdu, joliment radiographié.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 17/04/2020 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Matins bleus
       de Jean-Marie Laclavetine
  • Nous voilà
       de Jean-Marie Laclavetine
  • Et j’ai su que ce trésor était pour moi
       de Jean-Marie Laclavetine
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd