L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 16 novembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Une enfance à Fès
Abdellatif Laâbi   Le Fond de la jarre
Gallimard - Folio 2010 /  5,60 € - 36.68 ffr. / 276 pages
ISBN : 978-2-07-043837-2
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en mars 2002 (Gallimard- Blanche)
Imprimer

Quand on a six ans, le monde qui vous entoure se transforme vite en un précipité de rocambolesques aventures. Il en va ainsi pour le petit Namouss dont les premiers pas hors de sa maison dans la médina de Fès sont autant de découvertes, plus fascinantes les unes que les autres. Bien des années plus tard, alors que le mur de Berlin s’effondre, le narrateur du roman d'Abdellatif Laâbi, Le Fond de la jarre, se remémore ses premières émotions enfantines. En ce temps-là, il explorait tour à tour les mystères des ruelles de Fès et des leçons de français appris avec enthousiasme à l’école.

A ses côtés, les figures aussi expansives qu’excentriques qui composaient sa famille habitent ses souvenirs : l’oncle Touissa, célibataire et fugueur dilettante qui préférait l’arôme du kif à celui dégagé par le labeur, son père Driss, diplomate conciliant en affaires familiales, sa belle-sœur généreuse en sucreries mais aussi et surtout Ghita, tout à la fois tendre mère et virago survoltée, qui épiçait la vie quotidienne de ses réparties tonitruantes et savoureuses.

Mais les petits drames familiaux se dissoudront vite dans les premiers sursauts de l’indépendance marocaine et ''Radio Medina à laquelle rien n’échappe et qui d’un grain fait une pyramide'' deviendra une caisse de résonance des affrontements entre le pouvoir colonial et les résistants. Namouss laissera aux plus grands la complexité des affaires politiques pour se promener, nez au vent, dans les bouquets de senteur des vergers de Fès, les odeurs de cuir et de sueur du souk et le fumet du tajine maternel.

La Médina, luxuriante, colorie avec bonheur ces souvenirs d’enfance encore si vivaces sous la plume francophone d'Abdellatif Laâbi. Doit-on alors parler de roman ou d’autobiographie ? Dans tous les cas, l’auteur, ancien détenu des geôles d’Hassan II et figure engagée de la littérature marocaine, a quelque peu mis de côté la fureur de la lutte et le cri politique pour mettre sa verve poétique au service d’une nostalgie tendre et familiale. Bien que la remontée des souvenirs se fasse parfois un peu besogneuse au prix de quelques longues digressions, l’émoi enfantin est intact et sent bon le bonheur.


Nicole Maïon
( Mis en ligne le 19/07/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd