L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 29 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Un temps retrouvé
Alix de Saint-André   Ma nanie
Gallimard - Folio 2005 /  4.70 € - 30.79 ffr. / 199 pages
ISBN : 2-07-030809-X
FORMAT : 11x18 cm

Première publication en septembre 2003 (Gallimard, Blanche).
Imprimer

Ce roman d’Alix de Saint-André, sympathique icône audiovisuelle, tombe à point nommé en ces temps de négligence gériatrique et de revival caniculaire. Certains responsables irresponsables font la sourde oreille, voire s’offusquent. Sur le terrain, les infirmières se battent contre ces moulins politiques, certaines familles oublient que leurs vieux ne sont pas encore morts… jusqu’à ce qu’ils le soient sur un coup de chaud. Attention à un éventuel coup de froid !... Alors, les jolis mots d’Alix ont cette beauté opportune de nous rappeler que nos anciens sont une denrée fragile et qu’on leur doit plus qu’on ne le prétend : la vie, une éducation et des souvenirs à la pelle.

Dans Ma nanie, Alix redevient la petite fille dans les jupons de sa nounou. Le roman est un hommage discret à cette dame, maman, amie, compagne que ses journaux laissés dans des cartons révèlent un peu mieux. L’hommage, touchant, écrit d’une plume magnifique, à la fois classique et guillerette, sans artifice, est somme toute discret. Alix nous raconte sa seconde maman de façon pudique, par bribes sucrées, des moments. On en voudrait plus, par une curiosité sans doute malvenue.

Une «affaire» pointe néanmoins dans ces évocations nostalgiques : une amourette de la nanie en question avec un certain Karl, juif allemand – est-ce possible ? s’interrogent les contemporains – raflé pendant la guerre dans un château proche de chez les Saint-André. On comprend alors, une fois de plus, que toute famille appartient à l’histoire et que ses événements s’insèrent tragiquement dans ceux plus connus : il y a un lien entre un village d’Anjou et les camps de la morts… «J’ai raconté mon enquête […], et maman […] m’a demandé pourquoi la mairie de Chênehutte avait refusé de poser cette plaque à la mémoire des juifs sur le monument aux morts. Parce qu’il y avait écrit dessus : "Morts pour la France", et que les juifs de Sainte-Radegonde n’étaient pas morts pour la France […]. Question de sémantique ; ils étaient morts par la France…»

Ma nanie est aussi l’occasion de parler de soi, de ses souvenirs, d’une enfance. Alix de Saint-André décrit amoureusement son chez-soi, son bercail des bords d’une Loire qu’elle nous dépeint dans sa splendeur nilotique. «Il existe un secret d’amour entre les hommes de la Loire, les roses, le vin, les jolis phrases, le bon Dieu…» Certains critiqueront ce côté «vieille France», des accents presque barrésiens, un éloge en tout cas de l’enracinement. Pour ceux qui aiment les catégories bien faites – les pauvres ! -, on a là le roman d’une aristocrate, un florilège d’images d’Epinal, des reflets séguriens, comme l’évocation tendre des beaux jours de petites filles modèles. Ma nanie, c’est en fait tout le contraire : un joli roman moderne - pas post-moderne, ce qui ne veut rien dire - et c’est tant mieux.


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 10/08/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd