L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 27 septembre 2021
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Presque tout sur presque rien
Richard Ford   Péchés innombrables
Seuil - Points 2004 /  7.50 € - 49.13 ffr. / 373 pages
ISBN : 2-02-063121-0
FORMAT : 11x18 cm

Ouvrage publié une première fois en 2002 (Editions de l'Olivier).
Imprimer

Lors d’une improbable chasse au canard, un adolescent détaille sans indulgence son père, lequel est déjà parti depuis longtemps vivre ailleurs son homosexualité. Un couple qui s’est séparé sans trop savoir pourquoi se retrouve le temps d’un voyage… sans raison précisément identifiable non plus. Une femme annonce à son mari qu’elle l’a trompé avec un de leurs amis, alors qu’ils sont invités à un dîner chez ce dernier. Un homme tente mollement de nouer un contact, dans l’immense gare de Grand Central, avec celui dont il a séduit l’épouse…

Richard Ford examine l’affectivité humaine comme on pratiquerait une autopsie. Il est déjà trop tard, manifestement, mais quelles sont les causes de la mort ? On ne le saura pas… Tout juste pourra-t-on les soupçonner à travers la description clinique des infimes troubles de l’être : situations faussées, opacité des individus, mutisme délétère, sentiments en désordre, gestes violents aussitôt reniés…

Lauréat des prestigieux Prix Pulitzer et Faulkner pour Indépendance (L’Olivier, 1996), auteur d’une dizaine d’œuvres romanesques, théâtrales ou autobiographiques, Richard Ford est un orfèvre du fragment, un maniaque du détail impalpable… mais qui révèle l’essentiel pour peu qu’on veuille bien chercher à le discerner, aux limites extrêmes du champ visuel. Son écriture simple, sèche et nerveuse, suit avec minutie les méandres de nos drames minuscules. La nostalgie suinte mais reste virtuelle : on ne peut regretter ce qui n’a jamais existé… Au noyau obscur, au centre de gravité du récit ne persiste en fin de compte que l’irréductible divergence entre l’amour et la soif de liberté : "On est atteint par ce que font les autres. Ce n’est pas plus compliqué que ça."


Isabelle Nouvel
( Mis en ligne le 04/02/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd