L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 janvier 2021
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Les mots simples
Hubert Mingarelli   Hommes sans mère
Seuil - Points 2005 /  5.50 € - 36.03 ffr. / 166 pages
ISBN : 2-02-081322-X
FORMAT : 11x18 cm

Première publication : mai 2004 (Seuil).
Imprimer

La puissance du style de Mingarelli a déjà été dite ici. Inutile de trop s'étendre, sinon pour rappeler quelle prouesse littéraire réside dans l'évocation par les mots de non-dits, de silences, de sentiments tacites, toutes ces réalités soyeuses, impalpables, qui, sur grand écran, sont dites d'un regard. On retrouve dans Hommes sans mère cet art particulier, comme un éloge de la simplicité passant par un travail sur les mots, que l'on pressent comme difficile, ou alors, qui est admirablement génial.

Ici encore, pas d'épopée, pas d'intrigue, pas de personnages ampoulés, ni même d'attention réaliste. Juste des gens, touchants, se résumant, jamais sans caricature, à des mots, des personnalités ébauchées dans l'ébahissement d'une nuit, la traversée d'un chemin, une discussion sur un lit ou bien sur l'herbe, dans une ambiance minimalisée mais pleine, ramenée à son essence : une baraque où brillent quelques lampes et d'où parviennent des voix, des odeurs. Telle est cette maison de passe perdue non loin de côtes, où viennent s'échouer deux matelots, le temps d'une permission. Homer et Olmann sont deux gars, pas vraiment amis mais de vrais compagnons, deux orphelins de la vie, faut-il croire, qui retrouvent dans une maison, sur terre, la douce brutalité humaine que l'on oublie quand l'horizon encercle et que la mer a mangé tout.

Ici resurgit la tendresse, celle d'une pute maternelle, et de joueurs de cartes attablés, avinés, bourrus, presque brutaux. Le récit flotte sur ces ambiances, des perles de temps, douces mais aussi âpres, voire tragiques. Un serpent passe et un poisson volant suscite le débat. Est-il besoin de comprendre ? Non. C'est la vie, vie puissamment dite, et sublimée, dans les mots simples de Mingarelli.


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 23/05/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Quatre soldats
       de Hubert Mingarelli
  • La Beauté des loutres
       de Hubert Mingarelli
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd