L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 mai 2021
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Aborder la tête d’un homme en ébéniste
Saul Bellow   Ravelstein
Gallimard - Folio 2004 /  6 € - 39.3 ffr. / 315 pages
ISBN : 2-07-031589-4
FORMAT : 11x18 cm
Imprimer

Ravelstein est une sommité internationale, professeur de sciences politiques, maître à penser de nombreux universitaires et conseiller des princes. Ami/Mentor du narrateur, Chick, il propose à ce dernier d’écrire sa biographie alors que, frappé du SIDA, il s’achemine vers une mort assurée. Ravelstein est cette biographie, doublée du récit de son élaboration par Chick, et forme, pour le dernier roman de Saul Bellow, une œuvre riche, touchante et dense.

L’intrigue est en effet fondée sur la relation entre les deux hommes et la façon dont le narrateur, et Bellow dans son ombre, conçoit le portrait d’un être s’apparentant à un pur esprit, intellectuel majuscule : en le peignant justement à rebours de cette représentation, côté cour si l’on veut, pour le restituer de manière complète, tridimensionnelle. On ne saura donc rien de la carrière de l’universitaire ni de ses positions idéologiques. C’est son «histoire naturelle» qui nous est ici livrée, Chick tirant sa méthode des conseils mêmes de son ami : «… il était important de prendre note de l’air qu’avaient les gens. Leurs idées ne suffisaient pas [...]. Si vous ne teniez pas compte de leur coupe de cheveux, du tombé de leur pantalon, de leur goût en matière de jupes et de corsages, de leur façon de conduire ou de se tenir à table, votre connaissance était incomplète.» (p.187) Il «aborde la tête d’un homme en ébéniste» (p.81).

Ravelstein apparaît ainsi comme snob et dispendieux, menant un train de vie princier entre New York et Paris, sensible aux costumes de marques, aux objets élégants, à la bonne chaire et aux plaisirs masculins. Ces oripeaux drapent théâtralement le professeur, l’humanisant tout en créant le mythe dans un procédé ambigu. On reconnaît là une façon de faire toute rothienne, Philip Roth n’ayant jamais caché son admiration pour Bellow. A moins qu’il ne s’agisse d’un rapport plus américain à la figure de l’universitaire, homme avant d’être ce tribun disant la vérité ex cathedra, infaillible dans son savoir tout en ne cachant pas les fissures inhérentes à toute humanité. On n’y est beaucoup moins habitué en France…

Ce face à face est aussi l’occasion pour l’auteur d’exposer quelques considérations sur la vie et la mort – Chick lui-même passe par une maladie qui aurait pu lui être fatale -, les tares de l'American way of life ou encore la condition juive dans un monde postérieur à Aushwitz. Le tout forme un ensemble à lire absolument.


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 04/10/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd