L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 3 juin 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Tunnel noir
Alex Garland   Le Coma
10/18 - Domaine étranger 2009 /  7 € - 45.85 ffr. / 100 pages
ISBN : 978-2-264-04398-6
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en mars 2005 (Belfond)

Traduction d'Oristelle Bonis

Imprimer

Jeune auteur anglais (il est né en 1970), Alex Garland s’était fait connaître avec son premier roman La Plage (1998). Son second ouvrage, Le Tesseract (Hachette, 1999), était passé inaperçu. Par ailleurs, Alex Garland travaille comme scénariste pour Dan Boyle. Son troisième roman est un court texte, non paginé, divisé en seize séquences. Si le fil directeur est simple - suivre un personnage, Carl, dans son monologue - le propos est ambitieux : conduire le lecteur aux portes de la mort.

Nous sommes donc invités à remonter le temps à partir de l’agression initiale dans le métro qui l’envoie sur un lit d’hôpital. Le suspense tient à l’ambiguïté dans laquelle Alex Garland plonge le lecteur : Carl est-il réellement sorti de l’hôpital ? Revient-il dans son appartement ? Retrouve-t-il ses amis, étrangement indifférents, à l’heure du laitier ? Progressivement, le récit perd en précision, s’effiloche, et assez vite le lecteur commence à douter. La réalité échappe au narrateur, les contours nets au début, s’estompent, les personnages deviennent fantômes, l’improbable s’installe. Seule la mémoire de Carl continue à donner un axe, à maintenir la vie. Un voyage se construit entre réel et inconscient, passé et présent incertains. Convoquée à intervalles réguliers, la silhouette de Catherine : assistante, maîtresse ? Alliée ? Le souvenir du père, de l’enfance, des lieux retrouvés. En regard du texte, les illustrations en noir et blanc, accentuent l’impression d’être dans un scénario ou une bande dessinée.

Un texte bref, qu’il faut lire d’une traite ; une lecture qui ne laissera pas un souvenir impérissable mais qui a une petite musique étrange et convenue à la fois.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 11/12/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd