L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 27 septembre 2021
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Anglais : Absolument !
Jasper Fforde   L'Affaire Jane Eyre
10/18 - Domaine étranger 2005 /  9.30 € - 60.92 ffr. / 416 pages
ISBN : 2-264-04207-9
FORMAT : 11x18 cm

Titre originale : The Eyre Affair, traduit de l'anglais par Roxane Azimi.

Première publication française : avril 2004 (Fleuve Noir).

Imprimer

Les spécialités anglaises : le thé, les mariages, princiers ou non, le flegme, le cricket, l’humour et l’excentricité vécue sur le mode du quotidien ordinaire, comme une norme tranquille de l’existence. Jasper Fforde nous en donne ici, après Saki, Woodehouse, Lewis Carroll et tant d’autres, un nouvel exemple.

Le choix littéraire est celui du policier, construit selon toutes les règles du genre : une héroïne résiliente, courageuse et intelligente (Thursday Next, détective au Service de opérations spéciales de détection littéraire), des agents honnêtes et obscurs et leurs chefs incapables ou corrompus ; le tout sur fond d’une guerre interminable en Crimée qui fait la fortune des marchands de canon : le groupe Goliath. Chaque chapitre porte en exergue une courte citation provenant des mémoires d’un des personnages. Telle celle du vrai méchant, au nom infernal, Achéron Hadès, qui dès le début du livre pose avec simplicité sa vision de l’univers : «Il n’y a point de meilleure raison pour commettre des actes odieux et détestables - et soyons francs je me targue d’être un expert en la matière – que la beauté du geste». Ou encore d’un autre personnage, Mycroft Next, inventeur génial et loufoque : «n’importe quoi est pliable et étirable. Y compris l’espace et le temps, la distance et la réalité.»

Dès la première phrase le lecteur vacille : «Mon père avait une tête à arrêter les pendules» ; ce père qui surgit à intervalles imprévisibles dans la vie de sa fille, voyageur à travers le temps passé et avenir, ce qui lui permet entre autres d’introduire dix mille ans avant le récit, et pour le plus grand bien de l’humanité, la banane inventée dans le futur par Anna Bannon (d’où son nom). Thursday Next nous introduit avec naturel dans ce monde proche du nôtre, mais décalé. La guerre de Crimée se poursuit entre Russes et Anglais et le pays de Galles est une république indépendante. On roule en voiture, mais les dirigeables y sont les moyens de transport courants ; on peut dans les gares écouter un Shakesparleur dire Othello, Hamlet ou <>La Nuit des Rois… Mycroft, l’oncle de Thursday, invente dans une cave la «camelauto» qui change de couleur au gré des envies, ou encore le Portail de la Prose qui permet de pénétrer dans le paysage du célébrissime poème de Wordsworth, Daffodils, passage obligé de toute scolarité anglaise.

Car tout est là, dans cet univers déjanté, où le dodo est devenu un animal de compagnie, où les messieurs timides se transforment en loups garous lorsqu’ils oublient de prendre leurs médicaments… C’est la littérature (anglaise) qui est ici la seule règle. Jane Eyre ou Martin Chuzzlewit appartiennent à la réalité, les cafés se nomment Le Chat du Cheshire ou encore N’est pas une pipe. Shakeaspeariens et baconiens s’affrontent pour défendre leur version de l’auteur des pièces du monument national anglais. Milton est l’objet d’une passion collective, et ses admirateurs adoptent son patronyme, ce qui oblige à les numéroter : Milton 496 etc.

Exercice de prédilection : la traversée du miroir. L’héroïne, «tombée» petite dans le texte de Jane Eyre, est soutenue adulte par Rochester, l’un des héros du roman. Roman menacé par l’infâme Achéron Hadès. La police chargée de veiller au maintien de l’ordre public, c’est-à-dire au respect des textes, se nomme LitteraTec et respecte la hiérarchie : Shakespeare, les poètes du lac, les comédies de la Restauration. L’action se passe dans la petite ville de Swindon, (Stratford upon Avon), ville de Shakespeare, dont tous les habitants connaissent les pièces par cœur et les rejouent chaque soir avec participation active de la salle.

Un exercice réjouissant, qui évoque tout à la fois Alice au pays des merveilles et Harry Potter, ou encore Frédéric Brown, vous donne envie de vous replonger dans la littérature anglaise et de vous jeter sur le second volume des aventures de Thursday Next, Délivrez moi, paru au Fleuve noir.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 20/05/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd