L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 23 mai 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Trois, c’est un de trop
Pierrette Fleutiaux   Les Amants imparfaits
Actes Sud - Babel 2007 /  8.50 € - 55.68 ffr. / 311 pages
ISBN : 2-7427-6534-4
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Première publication en août 2005 (Actes Sud).
Imprimer

Raphaël croise pour la première fois les jumeaux Léo et Camille à l’école primaire de sa petite ville de province. Ils sont plus jeunes, et c’est pourtant lui qui est impressionné. Choisi en quelque sorte comme leur guide, il se lie à eux d’une amitié ambivalente, sa fascination pour ce duo d’une famille nantie le révoltant. Happé par un engouement qu’il combat, Raphaël vacille sur ses fondations mal assurées, son identité en est menacée. Et il nous raconte ce que la conjonction de leurs vies a produit de dégâts.

Car c’est Raphaël qui parle ici, s’essayant du même coup à l’écriture. Exercice salutaire pour celui qui jusque-là semble avoir vécu au radar, sans velléité d’analyser ce qui lui arrivait. Avec une grande finesse, Pierrette Fleutiaux décrit sa perception d’un temps paresseux, qui est celui de la province, mais qui correspond aussi au ressenti d’un jeune homme qui est comme une horloge arrêtée, tant que les jumeaux sont absents. Perception du temps embrouillée aussi, il lui faut à présent ordonner des événements que son esprit n’a pas spontanément mis à leur place. Pour la première fois il situe un début, un milieu et une fin, laborieusement d’abord, puis de plus en plus aisément. Les phrases parfois interminables de Raphaël accusent l’angoisse du moment et l’avidité à tout dire, ainsi que son travers, son oubli de respirer, et donc de la virgule.

Avec Les Amants imparfaits, on est un peu dans la veine de ces romans d’apprentissage tragiques où des enfants ou adolescents solitaires en viennent, comme poussés par une force qui les dépasse, à commettre des actes terribles ou jugés tels par le monde adulte. On pense à La Cicatrice de Bruce Lowery, ou à Quand j’avais cinq ans, je m’ai tué de Howard Buten. Mais Les Amants imparfaits n’a pas leur fougue tragique, pour la bonne raison qu’un futur heureux est peut-être encore possible.

On pourra reprocher à l’auteur certains passages qui peuvent sembler artificiels, présents pour avertir le lecteur de la tragédie qui s’annonce, un peu malhabilement ; ce sont ces moments où Raphaël se détache du fil des événements qu’il veut restituer pour prendre son psy à partie, ou pour expliquer comment il en est venu à l’écriture. L’évolution de ses sentiments envers les jumeaux peut aussi dérouter vers la fin. Mais il reste au final un livre subtil et intelligent sur la passion et la fascination, l’amour et l’amitié ne faisant pas ici grande différence.


Elise Goldberg
( Mis en ligne le 02/04/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Un entretien avec Pierrette Fleutiaux
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd