L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 14 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Contes d'Afrique
Alexander McCall Smith   La Femme qui épousa un lion
10/18 - Domaine étranger 2006 /  6.90 € - 45.2 ffr. / 165 pages
ISBN : 2-264-04187-0
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Traduction d'Elizabeth Kern.
Imprimer

Alexander McCall Smith est un auteur écossais, né en Afrique, au Zimbabwe. Son personnage fétiche, la «célèbre madame Ramotswe», première femme détective du Botswana, présente ce recueil de contes africains. L’auteur, imprégné de toute la culture d’Afrique australe, fait revivre et anime de vieux contes avec la sensibilité d’un poète et le regard d’un véritable ethnologue. Il nous livre ainsi quelques trésors de la tradition orale africaine, qu’il a su glâner après plus de vingt ans passés sur ce continent.

Plus de trente histoires traditionnelles de deux pays, Zimbabwe et Bostwana, sont adaptées pour des lecteurs de tous âges, avides de découvrir un autre univers culturel. Chaque conte pose une question simple et naïve en apparence mais soulève finalement de grands problèmes existentiels : «Comment une jeune fille peut-elle épouser un lion ? Est-il possible qu’un homme voit un arbre pousser sur son crâne ? ou bien qu’une jeune fille donne naissance à des enfants de cire ?». Les contes tentent donc de répondre à ces problématiques dans lesquelles tout le monde est suceptible de se reconnaître ou de s’identifier.

La famille est le cœur essentiel de toutes les intrigues rythmées par des malédictions, prédications, marabouts, vieux sorciers et les affres de la polygamie ; on retrouve ainsi toutes les structures familiales propres aux ethnies africaines. La «femme qui ne pouvait pas travailler» attise la jalousie des autres concubines qui entrainent la disparition de cette priviligiée en la faisant travailler malgré les recommandations de leur mari. A travers le récit de «la bonne grand-mère et la fille qui sentait mauvais», l’avarice, la cupidité et l’égoisme sont punis par les sages ou les ancêtres. L’auteur mèle ainsi vérités sociologiques, légendes et atavismes avec beaucoup de perspicacité et d’humour.

Ces expériences racontées sont en fait de petits rites initiatiques qui font grandir ceux qui s’y intéressent. Les adultes peuvent les lire pour leur plaisir personnel ou les raconter aux plus petits. Les histoires sont assez courtes ; le vocabulaire très précis et diversifié enrichit notre imaginaire. Ce livre est l’occasion d’un grand voyage… à partager !


Frédérique de Craene
( Mis en ligne le 04/09/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd