L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 9 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Hommes, femmes et jungle
James Canon   Dans la ville des veuves intrépides
Le Livre de Poche 2010 /  7.50 € - 49.13 ffr. / 476 pages
ISBN : 978-2-253-12663-8
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en mars 2008 (Belfond)
Imprimer

Mariquita sonne, à l’oreille, comme un cocktail exotique. Pourtant, il n’en est rien ; petite bourgade dans les montagnes luxuriantes de la vaste Colombie, elle devient en quelques jours le théâtre d’une tragédie peu commune : la désertion violente de tous les hommes. Cet évènement incongru et inattendu va bouleverser cette petite communauté rurale. Les femmes vont peu à peu apprendre à vivre sans leurs maris, fils, frères ou pères.

Leur émancipation progressive est, pour l’auteur, l’occasion d’aborder une multitude de thèmes philosophiques, politiques, culturels, existentiels. Du féminisme à la sexualité, de la place de la religion dans les mœurs à la remise en question de la politique et ses dogmes, du développement durable à la capacité d’adaptation de la nature humaine, James Canon narre avec allégresse les mutations d’un groupe dans le contexte effrayant d’un conflit entre la guérilla et l’Etat militaire qui jamais ne semble prendre fin.

Un contraste saisissant s’empare du lecteur tout au long du roman. En effet, les habitantes de Mariquita, dans leur mutation progressive, parfois difficile, sont comme les héroïnes d’un conte presque féerique, tandis que l’âpre réalité des combats sanglants et masculins sillonne le reste du pays ; d’ailleurs, au fil des pages, le village n’est il pas isolé par une forêt qui devient impraticable ? James Canon intensifie cette dichotomie femme/homme, en infiltrant régulièrement des chapitres brefs, insupportables, absurdes de violence, sous forme de témoignages d’hommes racontant leur quotidien de guerres.

Ce jeune auteur nous offre une plume à la fois simple et poétique, maniant l’humour (la description des personnages est succulente), le réalisme magique et l’imaginaire décapant. Un premier roman audacieux, généreux et grinçant.


Frédéric Bargeon
( Mis en ligne le 24/03/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd