L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 14 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Coeur à nu
Richard Millet   Coeur blanc
Gallimard - Folio 2008 /  5.80 € - 37.99 ffr. / 219 pages
ISBN : 978-2-07-034255-6
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

L'auteur du compte rendu : Scénariste, cinéaste, Yannick Rolandeau est l’auteur de Le Cinéma de Woody Allen (Aléas) et collabore à la revue littéraire L'Atelier du roman (Flammarion-Boréal) où écrivent, entre autres, des personnalités comme Milan Kundera, Benoît Duteurtre et Arrabal.
Imprimer

Richard Millet est né en 1953, à Viam, en haute Corrèze. Il a vécu de l'âge de sept à quatorze ans au Liban, pour ensuite rentrer en France, à Paris. Son écriture rend hommage à sa terre natale mais aussi à son pays d'adoption. Sa carrière littéraire a débuté avec L'Invention du corps de saint Marc, publié en 1983 chez P.O.L Éditeur. Son livre Le Sentiment de la langue a obtenu, en 1994, le Prix de l'essai de l'Académie Française. Richard Millet est l'auteur de vingt-cinq romans dont Dévorations (2006) et Le Goût des femmes laides (2007). Il est également éditeur chez Gallimard.

Chacune des histoires racontées ici est plus ou moins trouble. Ambiguës car elles dévoilent un envers du décor, celui du quotidien, celui du désir, d'un rapport ambivalent à la sexualité surtout. Il n'y a ici rien de paradisiaque, de facile et d'évident. Les romans de Richard Millet sont tout sauf des contes de fées, ce qui ne veut pas dire qu'ils sont désespérés ou glauques d'un bout à l'autre, c'est-à-dire sans beauté et sans illumination. Au contraire, ils possèdent une grande clarté (de style déjà) mais ils parlent bien de la fracture qui constitue l'être humain, sa beauté, sa fragilité.

Onze histoires, onze chroniques provinciales, d'un pays que l'auteur connaît fort bien. Le plus singulier sans doute est la quête obsédante de la chair, chair qui est à la fois belle, spirituelle et torturante, et où l’amour est rare. Nous n'en sortons jamais car elle ne peut pas être comblée en même temps qu'elle procure un plaisir enivrant et vertigineux. Dans «Octavian», un jeune homme se rend dans une église où il rencontre une femme plus âgée que lui qui le fascine et qu'il désire. Le lieu n'est pas propice à première vue pour désirer une femme mais qui peut croire que la sexualité et l'amour n'ont rien de sacré ? Parfois, l'attente et la frustration ne sont pas ce qu’il y a de plus pénible.

Richard Millet nous parle à travers toutes ces histoires de la douloureuse solitude de l'homme et de la femme face au sexe, sexe qui procure à la fois plaisir et douleur, satisfaction et frustration, grâce et enfer. Attirance, répulsion, le corps est comme traversé de courants divers qui laissent de profondes marques intérieures.

La première phrase qui ouvre la nouvelle donnant son titre au livre dit presque tout : "J'ai souvent fait l'amour tout seul." Le texte raconte les "amours solitaires" d'un jeune homme, un adolescent, puis les premières et maladroites expériences sensuelles qu'il a avec une jeune femme, Nadine. Le récit est simple, direct, beau et âpre aussi. Comme toujours chez Richard Millet, une touche de beauté vient caresser ces vies un peu rudes, désorientées, déboussolées dans les labyrinthes du désir et des premiers émois. Tout comme dans «L'Offrande méridienne» qui raconte l'histoire entre une jeune fille et un officier. Ou encore «L'Autre miroir», plus tragique, qui se passe dans un hôtel : deux garçons regardent leur masturbation par miroir interposé jusqu'à un moment fort tragique...

Les deux dernières nouvelles, «Noces à Liginac», et «La Mort du petit Roger», diffèrent un peu du reste, des chroniques sur les petites gens, sur leur vie insignifiante, en apparence ou non. On aurait envie parfois de rapprocher Richard Millet du cinéaste Maurice Pialat dans la manière dont les deux artistes portent attention, sans rien édulcorer, à la brutalité, au côté sauvage du désir humain, la quotidienneté de l'existence avec son cortège de misères, d'envie, de rancoeurs... Certes, le style simple et limpide de Richard Millet est plus délicat dans ses descriptions que la rudesse du cinéaste ; il n'empêche que les deux hommes ont des affinités dans leur angle de vue. Beauté et tragique de la vie, des rapports de désir qui traversent les corps des hommes et des femmes, et que rien ne vient pourtant apaiser.


Yannick Rolandeau
( Mis en ligne le 20/08/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Dévorations
       de Richard Millet
  • Le Goût des femmes laides
       de Richard Millet
  • Ma vie parmi les ombres
       de Richard Millet
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd