L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 22 février 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Les frontières de l’amour
Christine Angot   Le Marché des amants
Seuil - Points 2009 /  7 € - 45.85 ffr. / 312 pages
ISBN : 978-2-7578-1459-8
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en août 2008 (Seuil - Cadre rouge).

L'auteur du compte rendu : Arnaud Genon est docteur en littérature française (PhD). Professeur de Lettres Modernes, il est aussi membre du Groupe «Autofiction» ITEM (CNRS-ENS) et auteur, chez l’Harmattan, de Hervé Guibert. Vers une esthétique postmoderne (2007). Il a cofondé le site de ressources consacré à Hervé Guibert : http://herveguibert.net

Imprimer

Hervé Guibert, à propos de son œuvre, déclarait avec humour qu’il en était le personnage principal et que par conséquent elle devenait l’équivalent d’une série : «comme les Fantômette, les Tintin, les Lili, ce serait ‘Hervé Guibert au Maroc’, ‘Hervé Guibert et ses grand-tantes’, ‘Hervé Guibert a le sida’». Bien sûr, on pourrait en dire tout autant de l’œuvre de Christine Angot, elle qui, dans l’Inceste, écrivait justement son histoire en écho à celle de Guibert, auteur auquel elle faisait de nombreuses allusions et qu’elle citait à plusieurs reprises.

Ainsi, après l’évocation de sa fille, d’une liaison homosexuelle, de son inceste et de sa relation au père, après le récit de ses passages à la télévision et de la réception d’un de ses textes, après l’exposé de sa relation au critique littéraire, de celle au banquier puis au comédien, sans oublier, en 2004, une tentative de faire reculer le «je» en cherchant l’inspiration dans la vie des autres (Les Désaxés), Christine Angot poursuit sa série de livres-vie, de romans-je.

«Je voudrais me faire connaître à tous intimement. J’ai toujours été incapable d’inventer», déclarait l’auteur dans L’Usage de la vie (1998). Dans Le Marché des amants, en chroniquant sa dernière rencontre amoureuse, celle – pour le moins inattendue – avec le rappeur Doc Gynéco, le «sujet Angot» continue l’exhibition de son intimité, celle de ses proches et mène à bien son projet annoncé il y a plus de dix ans. Cependant, il serait légitime de se demander ce que le lecteur a encore à retenir du ressassement obsessionnel de ce «je», de ses amours, de ses attentes… Angot, à trop s’écrire, n’a-t-elle pas épuisé son sujet ?

Alors, qu’en est-il cette fois-ci ? Marc, rédacteur en chef d’un journal culturel, tombe amoureux de Christine, mais elle, elle est éprise de Bruno. Avec Angot, on l’aura compris, rien n’est jamais simple. Ce qui va alors se dessiner, c’est la rencontre improbable d’univers qui s’ignorent mutuellement. Doc Gynéco appartient à un «autre monde, qui ne faisait que passer dans les conversations. Un sujet parallèle, superflu». Mais venant hanter la vie de l’écrivain, il devient, de ce fait, son monde et donc matière d’écriture.

L’autofiction, on le comprend rapidement ici, n’est pas une fin en soi. Pour répondre aux détracteurs, on ne s’écrit pas, on ne prend pas ce risque-là gratuitement, par manque d’imagination, par narcissisme. L’autofiction, parce qu’elle est l’expérience littéraire de la vie, en devient ainsi une grille de lecture, son interprétation. Car en fait, ce que nous raconte Angot, au-delà de sa propre vie, de celle de Bruno, c’est une histoire d’amour qui se joue à la croisée des chemins, entre le Paris littéraire et la tour Samsung de la porte de la Chapelle. C’est la difficulté de cette relation qu’elle relate, relation prise dans le flot médiatique, confrontée à l’impossible traversée des frontières socio-culturelles, liaison dans laquelle la langue de l’autre est parfois opaque, où les mots n’ont pas le même sens, où les codes diffèrent. C’est le récit de cet échec, de cet inconcevable, de cette fin annoncée que les personnages essaient, en pure perte, de déjouer. Tout est écrit d’avance pour eux, entre eux, car ils ne sont pas du même côté de la ligne. Mais écrire cela, c’est tenter de les faire trembler, bravade insolente et vaine, mais courageuse.

Il y a, dans ce Marché des amants, comme dans les autres textes de l’auteur, un au-delà du «je» autofictionnel. En explorant son sujet, Angot explore le nôtre, Angot explore le monde d’aujourd’hui, nous le donne à lire et par là, à comprendre. Sa littérature, c’est aussi un sacrifice, son sacrifice : tout à la fois offrande et abandon de soi.


Arnaud Genon
( Mis en ligne le 14/09/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Désaxés
       de Christine Angot
  • Rendez-vous
       de Christine Angot
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd