L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 19 mars 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Emmanuel Carrère, auteur du Quichotte
Emmanuel Carrère   Bravoure
Gallimard - Folio 2008 /  6,80 € - 44.54 ffr. / 369 pages
ISBN : 978-2-07-032159-9
FORMAT : 11cm x 18cm

L'auteur du compte rendu : Françoise Poulet est une ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon. Agrégée de lettres modernes, elle est actuellement allocataire-monitrice à l'Université de Poitiers et prépare une thèse sur les représentations de l'extravagance dans le roman et le théâtre des années 1630-1650, sous la direction de Dominique Moncond'huy.
Imprimer

Un jour d’août 1821, à Londres, quelqu'un qui se définissait comme un «médecin raté, radié de l'ordre, joueur malchanceux, dramaturge sans œuvre, ridiculisé dans le monde littéraire où il a rêvé de faire carrière» (p.17), se suicide en absorbant une dose excessive d'opium, après avoir tué la prostituée qui l'avait recueilli dans une maison abandonnée. Cet épisode ne serait qu'un fait divers sordide si ce médecin n'était John William Polidori, poète incompris qui accompagna Lord Byron dans son périple à travers l'Europe et qui, un soir de l'été 1816, participa à la conversation qui inspira à Mary Shelley le canevas de son futur roman, Frankenstein.

Le livre d'Emmanuel Carrère s'ouvre sur le récit d'une dépossession : dépossession de l'œuvre qu'on aurait pu/dû écrire et qui nous aurait apporté la célébrité, dépossession de la reconnaissance d'autrui et de son estime, enfin, dépossession de soi et de ses propres pensées. Il se trouve que Polidori a même été destitué de son statut de personnage de fiction : il est le capitaine Walton, celui qui rencontra, dans l'immensité glacée du nord, Victor Frankestein à la poursuite du monstre qu'il avait créé. A moins que, à l’inverse, le capitaine Walton ne soit Polidori ? A son tour, l’œuvre de Mary Shelley échappe à son auteur : elle n'a pas écrit la véritable histoire de Frankenstein. Bien au contraire, elle est de la même espèce que le monstre.

Comme dans un cadavre exquis, les identités, fictives ou réelles, s'échangent, dans un récit qui se métamorphose en vaste jeu de rôles, qui se déploie à travers les pays, les siècles, et même au-delà du monde sublunaire. Emmanuel Carrère manie de manière vertigineuse cette figure que l’on nomme en narratologie la «métalepse», à savoir le passage transgressif d'un niveau de récit à un autre, mais aussi du réel à la fiction. Mary Shelley est une créature aussi fictive qu'Ann, jeune femme du XXe siècle, qui joue le même rôle qu’elle et dont elle porte le masque. Polidori s'appelle également Frankestein, mais ce n'est qu'un pseudonyme, qui n'est pas non plus le nom du monstre. Un terme, tel un mot de passe, permet de passer d’un plan à un autre, du début du XIXe siècle à la fin du XXe siècle : «bravoure». Bravoure, que cette tentative d'écrire la véritable histoire de la mort de Polidori, humilié par Lord Byron ; bravoure, que cette volonté de réécrire la véritable histoire de Frankenstein, le «Prométhée moderne». L’auteur (mais quel est-il ?) se lance à son tour dans la réécriture d’un mythe, déformé par les mémoires et les mises en récit, les adaptations cinématographiques ; en jouant sur le double sens du terme «histoire», à la fois récit de faits passés et pure fiction, il ajoute sa propre version à la légende. «Cela vous fait bien rire, n’est-ce pas, Mrs Shelley ?» (p.131).

C’est dans un univers digne de David Lynch que le lecteur se trouve plongé. Si chaque auteur se sent dépossédé de son œuvre, réclame l'aide d'autrui pour l'écrire, y compris celle de ses propres personnages, si nous sommes nous-mêmes des créatures de fiction, réincarnations d'auteurs ou de personnages du passé, comédiens conscients ou non sur la scène du theatrum mundi, c'est que la frontière entre fiction et réalité, rêve et désillusion, est impossible à tracer. Comme chez Lynch, les personnages sont emportés par une angoisse croissante : ils savent, irrépressiblement, qu'ils doivent avoir peur des Triumphs bleues garées devant leur immeuble, ou encore, des gens, si nombreux, si envahissants, qui ont les yeux noirs. Et nous, sans savoir pourquoi, nous pressentons que cette peur est légitime. L'écriture précise d'Emmanuel Carrère, parfois lapidaire et littérale, préférant se détourner de l'image pour coller au concret, fait surgir la crise paranoïaque dans une conscience qui n’impose plus de limites à son imaginaire, dans un accès de folie que subira aussi le héros de La Moustache (1986).

Mais ce livre qui mêle fiction et biographie fantasmée nous parle avant tout de l’écrivain, de son angoisse devant l’œuvre à venir, du brouillage d’identité qui s’opère dans la rencontre de ses personnages. Bravoure n’est pas qu’un pur exercice de style : il s’agit avant tout de la recherche d’une œuvre totale, qui contienne tous les genres romanesques (roman policier, fantastique, science-fiction, roman de gare sentimental, récit de vie imaginaire, etc.), mais aussi tous les styles (adaptés au temps de l’histoire narrée). De même que nous sommes la somme de réincarnations du passé, toute œuvre contient déjà toutes les autres et pourrait être réécrite ad libitum.

Un soir de l'été 1816, au bord du lac de Genève, dans la villa Diodati, à moins que ce ne soit dans un hôtel chinois, Lord Byron, pour plaisanter, a proposé à chaque convive d'écrire un récit fantastique et terrifiant. Emmanuel Carrère était lui aussi présent ce soir-là. Il a relevé le défi et en a composé le roman que nous avons entre les mains.


Françoise Poulet
( Mis en ligne le 22/09/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd