L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 2 décembre 2022
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Essais & documents  
 

Sa vie, son roman
Edmund White   Mes vies
10/18 - Domaine étranger 2010 /  8,60 € - 56.33 ffr. / 480 pages
ISBN : 978-2-264-04646-8
FORMAT : 11cmx18cm

Traduction de Philippe Delamare
Imprimer

Edmund White, icône littéraire gay, biographe de Proust et Genet, professeur à Princeton, cède à l'appel autobiographique, l'écriture d'un soi démasqué, lui qui revendiquait pourtant une écriture déjà autobiographique.

Mes vies (My Lives) dessine un parcours où la chronologie s'accommode aussi du découpage thématique, avec un premier chapitre savoureux et flamboyant sur le rapport de l'auteur à la psychanalyse, première clé de lecture de son homosexualité dans l'Amérique pudibonde de la fin des années 50. Suivent deux chapitres sur son père et sa mère, avant que White n'aborde ses premiers émois sexuels, homosexuels ("mes tapins"), son rapport à l'Europe (Paris, surtout, où Foucault passe, et repasse encore), Genet, les femmes qui ont fait sa vie, et ses amants pour de vrai. Dont T ("mon maître"), et une relation intense, scène des plus improbables et masochistes scénarios, où l'auteur, ici encore, dépeint avec sincérité (complaisance ?), dans sa vérité nue, et crue, une sexualité à la marge. L'écrivain coud la pulsion des mots à cette autre envie qui l'anime, celle des corps, des corps d'hommes.

L'auteur poursuit ici son œuvre de témoignage d'une histoire gay qui suit la sienne, des années 50 à nos jours : répression, libération, protestation, destruction et banalisation, des parcs obscurs d'une ville provinciale au drame du SIDA et la survie d'un séropositif devenu porte-parole.

Reste que l'autobiographie, ici, ment peut-être plus que les romans du même auteur. Elle élude pour le moins. C'est un Edmund White plus égotiste et intime qui surgit ici et éclipse quelque peu la figure publique. De son écriture, de ses engagements, il est finalement peu question. Ces vies, le pluriel importe, ne sont donc pas toutes réunies dans ces 500 pages.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 12/01/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Symphonie des adieux
       de Edmund White
  • Un jeune américain
       de Edmund White
  • La Tendresse sur la peau
       de Edmund White
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd