L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Histoire  
 

L’empereur et l’intellectuel
Peter Brown   Pouvoir et persuasion dans l'Antiquite tardive - Vers un Empire chretien
Seuil - Points histoire 2003 /  7.80 € - 51.09 ffr. / 251 pages
ISBN : 2-02-062283-1
FORMAT : 11x18 cm

L’auteur du compte rendu: Yann Le Bohec enseigne l’histoire romaine à la Sorbonne. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages adressés tant aux érudits qu’au grand public. En dernier lieu, il a publié L’armée romaine sous le Haut-Empire (Picard, 3e édit., 2002), César, chef de guerre (Éditions du Rocher, 2001), et Urbs. Rome de César à Commode (Le Temps, 2001).

Imprimer

Avant d’en dévoiler le contenu, il nous paraît important de signaler que cet ouvrage est politiquement correct, puisqu’on y trouve une prière à saint Fernand (Fernand Braudel, p.33) et une autre à saint Pierre (Pierre Bourdieu, p.75) ! Pour le reste, c’est un livre excellent, et il faut féliciter à la fois le traducteur et l’éditeur qui vient de le ressortir. Il s’agit en effet d’une deuxième édition (ou, mieux, d’une réimpression), puisque la première version en langue française date de 1998 et que l’original en anglais a été publié en 1992.

Peter Brown avait prononcé trois conférences en 1988, dans lesquelles il avait voulu tenir compte des progrès de la recherche pour étudier les rapports établis entre l’empereur et les élites sociales, qui se confondaient presque totalement avec les élites intellectuelles dans le contexte de la période qui va des environs de 300 aux environs de 450. C’est dire l’ampleur d’un projet qui embrasse les domaines de la politique, de la société, de la culture et de la religion. Dès son introduction, il fit part de deux constatations majeures : d’une part, le pouvoir de persuasion des évêques ne cessa de s’étendre dans ce laps de temps, d’autre part l’Orient et en particulier l’Anatolie jouèrent un rôle croissant dans l’élaboration de ce processus (un voyage à Aphrodisias de Carie a beaucoup aidé à la réflexion de l’auteur et à la conception du livre).

Le premier chapitre rappelle que, pendant l’Antiquité tardive, la haute société craignait l’empereur. En effet, ce dernier pouvait se montrer cruel à son égard, en particulier par le biais de procès et d’exécutions. Il avait en outre la possibilité de lui faire payer de lourdes contributions ; c’est que, si la fiscalité pesait davantage sur les pauvres que sur les riches en règle générale, il n’était pas interdit à l’État de chercher de l’argent là où il y en avait, quand il en éprouvait le besoin. Et il faut bien dire que ce besoin était récurrent. Toutefois, l’empereur ne pouvait pas abuser de ces procédés car les élites lui étaient indispensables. Sans leur soutien loyal, appelé devotio en latin (p.15), l’administration impériale ne pouvait pas fonctionner car elles fournissaient les cadres de l’État. Comme le montre le chapitre II, les rapports entre le pouvoir et les intellectuels étaient réglés par la paideia, c’est-à-dire par la culture traditionnelle. Le système éducatif, jadis si bien étudié par H.-I. Marrou, dans un livre qui n’a toujours pas été remplacé (Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, 5e édit., 1960), imposait aux élites sociales, en toutes circonstances, de montrer de la courtoisie et de manifester un grand contrôle de soi. Elles attendaient en revanche la bienveillance de l’empereur.

Les personnages les plus intellectuels étaient appelés les philosophes, et l’on rappellera à ce propos qu’H.-I. Marrou avait montré que ce terme désignait simplement les hommes cultivés. Ces derniers avaient donc un pouvoir et un devoir, persuader grâce à “la magie des mots” (p.65). Voilà pour la tradition. Pour l’innovation, déjà présente dans les précédents chapitres mais de manière diffuse, elle arrive en force au chapitre III, avec une réflexion sur le christianisme. Les évêques et les moines constituèrent de nouvelles élites et, à partir de la fin du IVe siècle, ils surent faire fléchir le pouvoir. Désormais, c’étaient eux qui incarnaient l’idéal du philosophe et, aux valeurs traditionnelles, ils ajoutèrent de nouvelles valeurs qui leur étaient propres. Ils apprirent notamment à tous que Dieu pouvait ressentir de la colère et qu’il manifestait de la pitié. Apparut ainsi une sorte de “populisme chrétien” (p.107), et il n’est pas sûr que Peter Brown approuve ce changement. Cette pratique se manifesta par une demande aux riches : ils devaient nourrir les pauvres et être leurs amis. Mais, pour éviter les excès et les débordements, l’évêque avait l’obligation de remplir une mission de surveillance. Le dernier chapitre est plus une conclusion qu’un développement à proprement parler. Il montre que la littérature chrétienne utilisa un nouveau langage du pouvoir, comme on dit de nos jours, c’est-à-dire qu’elle élabora une série d’arguments inédits pour justifier un équilibre original. En Orient, au Ve siècle, les intellectuels chrétiens pensaient qu’il fallait sauvegarder un équilibre entre trois pouvoirs, celui de l’empereur, celui des élites municipales et celui des évêques.

Il paraît inutile de revenir sur les éloges adressés à l’auteur, au traducteur et à l’éditeur. Nous ajouterons donc simplement que la présence d’un copieux index permettra aux chercheurs de retrouver aisément les références et les idées dont ils pourraient avoir besoin.


Yann Le Bohec
( Mis en ligne le 27/02/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Empereurs et sénateurs. Une histoire politique de l’Empire romain
       de Yves Roman
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd