L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 3 décembre 2022
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Policier & suspense  
 

Le mystère du scarabée et de la langue de bœuf
P-G Wodehouse   Bienvenue à Blandings
10/18 - Domaine étranger 2004 /  7.30 € - 47.82 ffr. / 250 pages
ISBN : 2-264-03956-6
FORMAT : 11x18 cm
Imprimer

Bienvenue à Blandings, roman inédit de Sir Pelham Grenville Wodehouse, paru en 1915 sous le titre original de Something Fresh, est publié aujourd'hui par les éditions 10/18 dans la fameuse collection «Domaine étranger». Dans ce roman, Wodehouse ne met pas en scène ses héros récurrents que sont Bertram Wooster et son flegmatique majordome Jeeves, apparus pour la première fois en 1909. Cette fois-ci, ce sont deux pigistes, le rêveur et sportif Ashe Marson et la déterminée Joan Valentine. Ils font connaissance dans l’hôtel où chacun loue un meublé.

Divers concours de circonstances les font se retrouver au château de Blandings. Le maître des lieux, le distrait et excentrique comte d’Emsworth, y reçoit sa grande famille pour lui présenter la fiancée de son fils cadet, l’honorable Frederick Threepwood, Freddie pour les intimes. Celui-ci est un écervelé qui a proposé le mariage à Aline Peters, fille d’un richissime Américain, qui arrive à Blandings avec la ferme intention de récupérer le joyau de sa collection de scarabées égyptiens, qu’on vient de lui voler. Tous les ingrédients sont réunis pour que le séjour dans ce magnifique château se transforme en une délirante cascade de malentendus, de quiproquos, de scènes aussi grotesques qu’improbables.

Plusieurs d’entre elles constituent de véritables morceaux d’anthologie, à commencer par le dîner des domestiques, auquel participent nos héros censés être respectivement au service de M. Peters et de sa fille Aline. Sans oublier la grande scène nocturne du pseudo-cambriolage où Lord Emsworth et ses convives découvrent avec stupeur l’austère secrétaire particulier du comte, gisant dans le hall à côté d’une langue de bœuf.

Wodehouse se livre avec délectation à la satire de la haute aristocratie britannique, mais aussi de ses armées de domestiques ampoulés et des milliardaires américains monomaniaques. Bref, un grand plaisir de lecture. Une fois encore Wodehouse nous livre un chef-d’œuvre du non-sens.


Claire Laux
( Mis en ligne le 08/09/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Sonnez donc Jeeves !
       de P-G Wodehouse
  • Jeeves fait campagne
       de P-G Wodehouse
  • Pas de pitié pour les neveux, Jeeves
       de P-G Wodehouse
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd