L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 11 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Policier & suspense  
 

Prendre sa retraite à temps
Patricia Cornwell   Registre des morts
Le Livre de Poche 2009 /  8 € - 52.4 ffr. / 536 pages
ISBN : 978-2-253-11908-1
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Première édition française en mars 2008 (Éditions des Deux Terres)

Traduction de Andrea-H Japp.

L'auteur du compte rendu : Caitlin McKenna suit des études de littérature comparée à l'université de Brown aux États-Unis. Elle est également assistante d'édition sur le site littéraire www.narrativemagazine.com

Imprimer

Kay Scarpetta, la célèbre médecin légiste imaginée par Patricia Cornwell, a surgi en 1991 dans l'univers du polar pour le plus grand plaisir du public. Le premier livre des enquêtes de Scarpetta, Postmortem, est la seule oeuvre à avoir gagné tous les grands prix du polar américains et le Prix du roman d'aventure en France. Kay Scarpetta est en effet une femme sûre d'elle, intelligente et efficace, qui plus est une pionnière féministe, que les lecteurs adorent. Une femme ! Scientifique! Perçant les mystères ! Elle est devenue le Sherlock Holmes de Cornwell, son Hercule Poirot, son John Rebus. En 17 ans, quinze histoires de Kay Scarpetta sont sorties, popularisant toujours plus le champ répugnant de la dissection !

Aujourd'hui, Kay Scarpetta a une cinquantaine d'années, et l'on ne peut pas lutter contre le crime toute sa vie ! Mais il faut dire que c'est dur de renoncer à la loupe et au scalpel. Sherlock Holmes et Hercule Poirot ont vacillé devant la retraite pendant des années, et qui sait si John Rebus, récemment retraité, ne va pas réapparaître ? Avec Registre des morts, le quinzième épisode de la série, Cornwell montre hélas qu'elle aurait dû envisager la chose tant qu'il était encore temps...

Dans ce livre très décevant, on retrouve donc Scarpetta, aujourd'hui directrice de son propre cabinet de médecine légale en Caroline de Sud, aidée de sa nièce, la millionnaire Lucy, par ailleurs génie informatique, et de Pete Marino, son partenaire de longue date, un dur à cuire. Mais à présent, semble-t-il, Kay n'est plus compétente, Lucy n'est plus si mignonne, et Marino, pas franchement aimable. Ils se retrouvent plongés dans une série des meurtres horrifiques, débutant par la mutilation graphique d'une jeune et jolie joueuse de tennis à Rome. Hélas, on peine à se sentir concerné, à la lecture, distrait par la chicane narcissique et inopérante entre les principaux personnages.

Les mises au point des vies privées de Scarpetta, Lucy et Marino, doublées de crises affectives égocentriques, tuent le suspense dans ce pavé de 530 pages. Très peu de temps est en fait consacré à la découverte de l'identité du meurtrier, une identité reposant sur une intrigue lourde, à la fois compliquée et peu plausible. Il y a certes un effort de la part de l'auteur d'inscrire son livre dans l'actualité, avec la guerre en Irak qui joue un rôle dans la vie du meurtrier. Mais n'est-ce pas gratuit et trop facile ? Enfin et surtout, à trop nous faire côtoyer ses compagnons littéraires pendant des centaines de pages, l'auteur nous prive de ces coups de théâtre qui font la saveur des bons polars. La fin est floue, barbante, sans que le lecteur, étant donnés les éléments de l'enquête, n'ait pu à aucun moment imaginer le dénouement.

Il est donc peut-être temps que Kay Scarpetta prenne sa retraite, ou que, comme Sherlock Holmes, elle se jette d'une cascade ! Après avoir lu Registre des morts, un fan de Cornwell de longue date nous a confié, «Quelqu'un devrait envoyer Cornwell à un cours d'écriture, ou lui donner à lire ses propres premières livres». Nous devrions suivre ce même dernier avertissement : Sauter Registre des morts et se (re)plonger dans Postmortem en se souvenant de son âge d'or.


Caitlin McKenna
( Mis en ligne le 06/04/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Baton Rouge
       de Patricia Cornwell
  • Jack l’Éventreur, affaire classée
       de Patricia Cornwell
  • Dossier Benton
       de Patricia Cornwell
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd