L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 3 juin 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Science-fiction  
 

Jane maltraitée
Seth Grahame-Smith   Jane Austen   Orgueil et préjugés et zombies
Pocket - Science Fiction 2014 /  7.60 € - 49.78 ffr. / 348 pages
ISBN : 978-2-266-23413-9
FORMAT : 10,8 cm × 17,7 cm

Première publication française en octobre 2009 (Flammarion)

Traduction de Laurent Bury

Imprimer

Orgueil et préjugés et zombies… l’idée n’est pas s’en rappeler l’entreprise de Marcel Duchamp qui en 1919 affuble Mona Lisa d’une moustache et d’un bouc et agrémente l’ensemble d’une inscription devenue célèbre : L.H.O.O.Q. Le traitement que Seth Grahame-Smith, écrivain et scénariste américain, fait subir au grand classique de Jane Austen publié en 1813 s’y apparente fortement en ajoutant à l’œuvre initiale des éléments totalement décalés.

Orgueil et préjugés version Jane Austen, c’est l’analyse au microscope et la dissection minutieuse des relations humaines au sein de quelques familles emblématiques de l’Angleterre à la fin du dix-huitième siècle. Un univers fictionnel limité qui pourtant reflète les débats qui agitent une société en mutation dans laquelle aristocratie, gentry et bourgeoisie ne font pas bon ménage.

Dans cette société patriarcale, les jeunes filles de bonne famille mais sans fortune personnelle n’ont guère le choix. Seul un mariage avantageux peut leur éviter la disgrâce d’une place de domestique ou de gouvernante. Trouver un bon parti pour chacune de ses cinq filles, en priorité ses deux aînées Jane et Elizabeth, telle est l’obsession de Mme Bennet qui veut à tout prix leur éviter la pauvreté qu’entraînera inévitablement la mort de leur père (en vertu d’une loi d’héritage inique). L’arrivée de prétendants potentiels dans le voisinage de Longbourn, le petit village du Hertfordshire où vit la famille, lui permet d’envisager l’avenir sous un jour plus radieux. La plume subtile de Jane Austen entraîne alors le lecteur dans une valse de jeux trompeurs où s’affrontent raison et sentiments. En première ligne de ce combat, Elizabeth, la rebelle insoumise, trouve en Darcy, le bel aristocrate inaccessible, un adversaire à sa taille pour des joutes verbales qui laissent peu à peu place au sentiment amoureux.

Seth Grahame-Smith dit avoir conservé 85% du roman de Jane Austen. On retrouve en effet dans la version zombie, les mêmes personnages et une trame identique. À un détail près : trouver un époux n’est plus la seule préoccupation des demoiselles Bennet. Une étrange épidémie ravage le pays depuis plusieurs années. Des morts-vivants, appelés «innommables» – bienséance oblige ! -, sortent de terre, toujours à l’affût de nouveaux cerveaux à dévorer, et sèment la panique.

Formées en Chine pendant leurs tendres années, les cinq jeunes filles manient le mousquet à la perfection et s’enorgueillissent d’une réputation d’expertes dans les arts meurtriers, qui leur permet de damer le pion aux hordes maléfiques. À ce jeu-là, Darcy brille également et les joutes qui l’opposent à Elizabeth sont souvent franchement sportives ! Se greffent donc à l’intrigue originale des scènes sanglantes, des ninjas déchaînés et, pour quelques personnages, des destinées différentes.

Crime de lèse-majesté pour les Janeites les plus fervents qui crient au vandalisme littéraire. Évidemment, on ne peut accorder à Grahame-Smith l’intention artistique qui animait Duchamp ! Évidemment, Orgueil et préjugés et zombies ne peut se comparer au chef-d’œuvre de Jane Austen qui aurait sans doute défailli à la lecture de certaines grossièretés ou de plusieurs libertés discutables que Grahame-Smith a prises avec son texte. La richesse de l’œuvre de Jane Austen vient de son insondable complexité qui donne lieu à des interprétations diamétralement opposées, talent que seuls peuvent revendiquer les immenses écrivains. Cependant, l’organisme austenien ne rejetant pas a priori le greffon gore, la version innommable constitue tout de même une lecture très amusante !


Florence Bee
( Mis en ligne le 22/01/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd