L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 22 octobre 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  
 

Bande hallucinée
Gou Tanabe   L’Appel de Cthulhu - Les chefs-d’œuvre de Lovecraft
Ki-oon 2020 /  17 € - 111.35 ffr. / 278 pages
ISBN : 979-10-327-0663-3
FORMAT : 16x21,8 cm
Imprimer

Même le lecteur le moins familier de l’œuvre de Lovecraft connaît le nom de Cthulhu et peut s’en faire une vague représentation : un gros monstre verdâtre à tête de pieuvre avec des ailes de chauve-souris et des pattes griffues. La nouvelle L’Appel de Cthulhu, écrite en 1926 et publiée deux ans plus tard dans Weird Tales est sans doute le texte le plus connu de son auteur, car même si l’on est passé à côté de ce classique de la littérature fantastique, le titre a donné son nom à un jeu de rôle au début des années en 80 qui a rendu célèbre tout un mythe et a remis au goût du jour un auteur encore peu célébré alors. Après le jeu de rôles, il y a eu les extensions, les jeux de cartes, de plateaux, puis les jeux vidéo sur diverses plateformes. Cthuhlu est partout dans la culture geek, sur les tee-shirts, les fonds d’écrans, les Instagram. Ce gros monstre qui attend en rêvant dans la cité engloutie de R’lyeh est devenue une icône, quasi un poncif. Et on ne parle évidemment pas des suiveurs littéraires de Lovecraft, plus ou moins doués, qui perpétuent encore aujourd’hui une tradition de récits emprunts de monstres incroyables et qui nous rappellent qu’au fond l’homme n’est rien qu’un grain de poussière dans un univers bien trop grand et incompréhensible pour lui.

Ainsi, paradoxalement, ce qui semblait tour à tour indescriptible, indéfinissable, indicible dans les écrits de Lovecraft, se retrouve mille fois illustré, décliné à l’infini dans de nombreux travaux de fantasy et fait la joie de tous les digital painters à travers le monde depuis une quinzaine d’années. Les tentacules sont sexy sous Photoshop.
Fort logiquement, la bande dessinée s’est intéressée aux récits de Lovecraft. Mais s’il est « facile » de mettre en image une grosse créature visqueuse, il est plus difficile d’y coller ensuite sans y perdre en crédibilité les textes qui vont avec. Adapter Lovecraft reste un casse-tête. Le cinéma en fait d’ailleurs régulièrement la cruelle expérience et on attend encore une adaptation digne de ce nom sur grand écran : c’est-à-dire un travail qui nous ferait ressentir les mêmes émotions, la même fébrilité ressenties à la lecture des romans et nouvelles de Lovecraft.

L’exercice est d’autant plus difficile que L’Appel de Cthulhu est un texte complexe, une intrigue à tiroirs, qui après plusieurs fausses pistes débouchent sur un final cataclysmique. La nouvelle rassemble coupures de presse, dialogues volés, témoignages divers, journaux de bord… Un récit puzzle qui prend peu à peu tout son sens. Les deux argentins Alberto Breccia et Horacio Lalia ont, chacun à leur manière, parfaitement su s’approprier cette nouvelle clé. Et à ce jour, les formes abstraites à l’encre de Chine de Breccia restent l’une des plus singulières appropriations du texte.

Ki-oon a déjà proposé plusieurs des œuvres de Gou Tanabe et en seulement deux années et 4 volumes cette collection est devenue une référence. Avec ce nouvel opus, l’artiste japonais livre une version impeccable, définitive ?, de la nouvelle de Lovecraft. Comme dans ses précédentes adaptations, Tanabe reste au plus proche du texte original : on sent le travail d’un amateur éclairé, d’un lecteur attentif et pointilleux. Quelques libertés sont prises toutefois: du plus petit détail (les cheveux longs du narrateur) à des variations de scènes plus importantes : ainsi de quelques lignes dans le texte original, Gou Tanabe fait de l’attaque du navire l’Emma par les déments de l’Alert un morceau de bravoure d’une vingtaine de pages.

Rassurons les novices : il n’est pas question de connaître son Lovecraft sur le bout de doigts pour apprécier le travail de Gou Tanabe. Au-delà d’une adaptation réussie cet « Appel de Cthulhu » est une grande bande dessinée : l’ensemble se dévore d’une traite et l’on est emporté dans ce récit plein de mystère et d’horreur tapie entre chaque page, entre chaque vignette.
Les visions de cités englouties, de mondes impossibles et de créatures extraterrestre terrifiantes sont toujours parfaitement retranscrites, et ce dessin en noir et gris n’est jamais avare de détails, de décors peaufinés et de tous ces éléments qui vous plongent au cœur de l’épouvante. Tanabe n’a pas ses pinceaux dans la poche : lorsqu’on pénètre dans l’atelier du sculpteur Wilcox on s’amuse à y repérer tous les détails. De même, dans la cité de R’lyeh, on s’amusera à repérer ces fameuses architectures respectant une géométrie non euclidienne, ou ces angles aigus qui sont en fait des angles obtus. Tanabe connaît son texte et sait en tirer ce qui en fait tout le charme : s’il ne peut pas rendre en dessin le style littéraire de Lovecraft, il biaise en flattant le regard, en donnant à son lecteur, familier ou non du travail de l’auteur américain, des mises en images de références ultra connues.
Gou Tanabe prend ainsi chez Lovecraft tout ce qui fait sa force : le sens du rythme, les temps morts avant le choc, les longues enquêtes et investigations, et ces moments délectables où le lecteur a toujours de l’avance sur un personnage principal qui refuse de croire à ce qu’il a sous le nez.
Et comme pour les précédents volumes de cette belle collection, Ki-oon propose une édition en simili cuir, rouge sang cette fois, comme pour marquer la place centrale de cet opus.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 21/09/2020 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Montagnes Hallucinées (tome 1)
       de Gou Tanabe
  • Dans l’Abîme du temps
       de Gou Tanabe
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd