L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 22 septembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  
 

Mésaventure d'Indiana Jones
John Jackson Miller   Luke Ross   Cliff Richards   Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal
Delcourt 2008 /  12.90 € - 84.5 ffr. / 96 pages
ISBN : 978-2-7560-1297-1
FORMAT : 17,3x25,4 cm

Encrage : Fabio Laguna & Eber Ferreira
Couleur : Dan Jackson & Pamela Rambo

Imprimer

Pas de retraite pour les héros ! Qu'on se le dise : Indiana Jones n'est pas encore bon pour le musée des antiquités. Bravant le poids conjugué des années et du kilométrage, l'aventurier, vêtu de sa célèbre panoplie, revient jouer du fouet et casser du Rouge dans Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal. Si le film lui-même est malheureusement une déception (la faute principalement à un script indigent et bancal), la sortie d' Indy 4 aura au moins eu le mérite de remettre le personnage sous le feu des projecteurs. Les fans acharnés vont devoir sortir le porte-monnaie, car la franchise créée par George Lucas (dont on connaît la tendance à traiter son public en vaches à lait) se décline, plus que jamais, sous toutes les formes et à tous les rayons : jouets, jeux vidéo (Lego Indiana Jones), romans (publiés en France chez Bragelonne), et bien sûr bandes dessinées.

Il faut dire qu'Indy, né de la passion de Lucas et Spielberg pour l'univers très « pulp » des serials, est naturellement à sa place dans les pages d'une BD. Rien d'étonnant, donc, à ce que le personnage ait inspiré de nombreux comic books au fil des années ; d'abord chez Marvel (qui réalisa les adaptations des trois premiers films, et la série gentiment kitch The Further Adventures of Indiana Jones, puis chez Dark Horse (à qui l'on doit une dizaine d'albums, nettement plus soignés que les productions Marvel, ainsi qu'un titre consacré au « jeune Indiana Jones » de la série télévisée). Sans oublier ces 3 étranges albums franco-français publiés par Bagheera dans les années 90, tenant davantage d'un vague ersatz de « Blake et Mortimer » que des Aventuriers de l'Arche perdue...

Avec la sortie du quatrième film, et l'engouement autour du personnage renouvelé, le moment est venu pour Dark Horse de réactiver la franchise (en sommeil depuis une dizaine d'années pour cause de ventes insuffisantes). Au programme, rééditions et nouveaux albums. Ces derniers seront publiés en France par Delcourt, déjà détenteur de la juteuse licence Star Wars. En attendant Indiana Jones Adventures (une série au look cartoon destinée aux plus jeunes) et Indiana Jones and the Tomb of Gods (une nouvelle histoire originale), voici l'inévitable adaptation officielle d' Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal.

Même avec beaucoup d'indulgence, on serait bien en peine de trouver le moindre intérêt à ce sous-produit insipide et laid dont la seule raison d'être est bassement commerciale. L'exercice qui consiste à transposer un film à succès en bande dessinée est déjà en soi un peu douteux, mais quand la chose est faite avec un tel mauvais goût, les auteurs méritent vraiment des coups de fouet. Le scénariste John Jackson Miller se contente de reprendre les scènes principales du script – déjà pas fameux – de David Koepp, de recopier les dialogues correspondants, et d'y ajouter une couche de récitatifs lourdauds. Le dessinateur Luke Ross, lui, s'acharne péniblement à dessiner des personnages ressemblant le plus possible aux acteurs du film (les pauvres ne méritaient pourtant pas un tel traitement). Son trait est inconsistant, maladroit et totalement dénué de personnalité. Enfin, les coloristes parachèvent ce tableau peu reluisant à coups d'effets pyrotechniques Photoshop, comme en réponse aux images de synthèses tape-à-l'œil de la version cinéma.

Adaptation inutile d'un film inutile, Indiana Jones et le Crâne de cristal inaugure tristement la collection consacrée par Delcourt à l'homme au chapeau. On se consolera en gageant que les nouvelles aventures d'Indy, à venir dans les prochains mois, seront plus palpitantes.


Michaël Bareyt
( Mis en ligne le 10/06/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Indiana Jones – La Trilogie
       de Steven Spielberg , Harrison Ford , Sean Connery , Kate Capshaw
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd