L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 25 août 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Autre  
 

Barthes, Brando et balconnets
Denis Sire   6T Melodie
Les Humanoïdes associés 2003 /  12.35 € - 80.89 ffr. / 48 pages
ISBN : 2-7316-6215-8
Imprimer

Curieux objet que ce volume de Denis Sire sorti à l’impromptu par Les Humanos : c’est à un étonnant exercice que nous renvoie ce jeu de miroir, celui des années 50 vues depuis le début des 80. C’est dire si ce 6T Mélodie a d’abord cette vertu incomparable d’échapper aux effets de mode. L’affectation maniérée du dessin, ce soin maniaque à bordéliser la mise en case par des surcharges de ponctuations, bref ce style si intimement attaché aux meilleures années de Métal Hurlant, tout ceci en fait un excellent antidote à l’efficacité graphique et narrative qui prime en ce début de XXIe siècle. Les histoires, de Sire ou Paucard, sont outrancièrement fétichistes, alternativement elliptiques ou au contraire maniaquement détaillées, tant il est vrai que seul compte dans cette optique l’ivresse graphique.

Etrange impression tout de même, celle que doit ressentir le lecteur non averti de 2003, même si certaines histoires sont inédites. Denis sire en effet n’était qu’une partie d’un tout complémentaire dont les éléments fragmentés ne peuvent pas se lire séparément sans frustration. Son maniérisme était équilibré par la sécheresse du trait de Clerc, sa nostalgie intégriste par la dérision de Cornillon ou Margerin, et l’ineptie de ses personnages par le génie de Chaland, le tout fonctionnant grâce à la fébrilité imprécatoire de Dionnet. Reste ici le chrome des carrosseries, les seins profilés comme les obus balancés par Mc Arthur sur la Corée et le rugissement des cylindres trop longtemps retenus.


Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 06/03/2003 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd