L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 21 mai 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Historique  
 

Cartographe des âmes
Jean Dytar   Florida
Delcourt - Mirages 2018 /  29.95 € - 196.17 ffr. / 264 pages
ISBN : 978-2-41300-29788
FORMAT : 19,8x26,3 cm
Imprimer

Jacques le Moyne fut un cartographe, et un bon, un explorateur également,
qui participa à une grande expédition française en Floride, dans un
territoire revendiqué par l’Espagne. Et depuis… rien ! Depuis son retour, ce
protestant s’est installé en Angleterre avec femme et enfant, ainsi que son
père, catholique convaincu. C’est le temps des guerres de religion, de la
Saint Barthélémy, et Le Moyne a sauvé sa tête en traversant la Manche. Mais
qu’en reste-t-il ? Car l’homme est désormais l’ombre de lui-même, un
dessinateur de motifs floraux pour les broderies de la reine, un homme
silencieux, traumatisé, mutique, abimé. Que sa femme, Eléonore, aime
silencieusement, sans comprendre sa douleur. Ce qui s’est passé en Floride,
on le subodore mais Le Moyne se tait. Alors forcément, ses secrets
intéressent du monde, car l’Angleterre aussi a des projets coloniaux, et
Walter Raleigh en particulier. Mais comment faire causer Le Moyne ? Comment
l’amener à raconter ce qu’il vit là-bas ? Entre séduction et manipulation,
Raleigh parviendra-t-il à ses fins ? Et Le Moyne dira-t-il enfin ce que fut
la tentative coloniale française en Floride ?

Le XVIe siècle, celui des découvertes, mais aussi celui d’une Europe
convaincue de sa supériorité, imbue de son bon droit à coloniser, et lancée
à la conquête du monde. Avec minutie et subtilité, Jean Dytar nous entraîne
dans un épisode douloureux de cette histoire, et sur sa mémoire sombre. A
travers Le Moyne, c’est le procès de la colonisation qui est instruit ici,
et plus largement, des grandes expéditions et de cette « découverte » d’un
monde qui n’a pas attendu l’Europe pour exister. Mais aussi des luttes
impériales et de l’importation dans guerres occidentales dans les Amériques.
Le contexte s’affirme peu à peu, à travers les souvenirs des protagonistes,
ceux d’Eléonore, fille de cartographe, épouse de cartographe et cartographe
elle-même, et ceux de Le Moyne, qu’il faut extirper de sa mémoire. Tout le
charme de l’album réside déjà dans ce va et vient constant entre le présent
de Le Moyne, les intrigues qui se nouent autour de lui, et ce continent
mystérieux qu’on appelle la mémoire : Jean Dytar, avec subtilité, parvient à
mettre en image l’attention fluctuante de Le Moyne, le poids de ses
souvenirs et de ses hantises, le monde qui se déplie et se structure telle
une carte. La science du dessinateur rencontre celle des cartographes et,
par touches discrètes, organise l’album et la narration. Puis vient la
vérité, le journal de Floride rédigé par Le Moyne et ses dessins relatant
l’expédition et ses drames, sa vérité avant dernière.

Jean Dytar est un immense auteur de BD, dont chaque album, d’inspiration
historique, éclaire le talent. En effet, après s’être approprié le style des
miniatures persanes, puis celui des artistes italiens du Quattrocento, le
voilà qui investit, avec la même virtuosité, l’art des cartographes et des
gravures du XVIe siècle. La qualité du graphisme et l’originalité du projet
sont une fois de plus exceptionnelles, mais, comme pour les précédents
albums, Dytar maîtrise en outre l’art de l’intrigue et du matériau humain,
celui des émotions, et d’une certaine densité dans les personnages, qu’on
trouve rarement. Un album à l’image des précédents, subtil, maîtrisé,
captivant, et une grande et belle leçon d’histoire humaine.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 16/07/2018 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Vision de Bacchus
       de Jean Dytar
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd