L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 4 juillet 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Historique  
 

Balade au bout de l'enfer américain
 Boucq   Alexandro Jodorowsky   Bouncer (tome 1) - Un Diamant pour l'au-delà
Humanoïdes associés 2001 /  12.37 € - 81.02 ffr. / 56 pages
ISBN : 2-7316-1426-9
Imprimer

Fin de la guerre de Sécession. Une troupe de confédérés laisse sur son passage meurtres et pillages. À la tête de cette bande refusant la fin du conflit, le capitaine Ralton Van Dorman a sa propre mission : récupérer l'Oeil de Caïn, un diamant volé par sa propre mère dix-sept ans auparavant et objet d'une lutte acharnée et sanglante entre les frères.

Entre un graphisme toujours à la frontière de la caricature et des personnages aux vraies gueules cassées, chaque case dessinée par Boucq transpire la sueur et souffle sur le lecteur une haleine mêlant whisky et vieux chicots. On sent à chaque page un vent chaud remplir l'air, alourdi par une poussière âcre et rouge. Âcre est aussi le récit. Âpre, dur, violent, jalonné de meurtres, de viols, de blessures béantes : un cocktail dont Jodorowsky a déniché la recette, depuis vingt ans et dont il use et abuse ici pour le plus grand plaisir du lecteur. Un bras, un oeil,une tête : comme dans Les Métabarons réalisé avec Gimenez, les héros de Bouncer sont estropiés et frères. La vengeance reste le moteur principal de l'intrigue qui, comme d'habitude, prend sa source dans la cellule familiale. Bref, Jodorowsky passe par le tamis du western les obsessions auxquelles il nous a habitués, brossant un terrifiant portrait de la femme-mère-pute.

Bouncer aurait pu être une énième redite du trio « jodorowskien » : enfants martyrs / mère castratrice / vengeance atroce. Ce serait sans compter sur le talent inénarrable de Boucq, qui transforme tout ce qu'il dessine en merveille.


Emmanuelle Deleva
( Mis en ligne le 24/01/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd