L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 3 juin 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Historique  
 

Fridman, l'agent très secret
Vittorio Giardino   Max Fridman, tome 3 - No Pasaràn
Glénat - Caractère 1999 /  12.06 € - 78.99 ffr. / 59 pages
ISBN : 2-7234-2745-5
FORMAT : 24 X 32
Imprimer

Ancien agent des services secrets français, ancien combattant des Brigades internationales et démobilisé à la suite d'une blessure en 1936, Max Fridman mène une existence qu'il voudrait tranquille à Genève, auprès de sa fille Esther. On ne sait pas grand-chose de lui, sinon qu'il reprend régulièrement du service, parfois contraint et forcé. Ainsi, le lecteur a déjà pu suivre ses pérégrinations à Budapest dans Rhapsodie hongroise, album marathon qui plante le caractère de ce héros opiniâtre et fidèle. Dans la Porte d'Orient, il était pris dans les maillons des services secrets soviétiques lancés à la recherche d'un ingénieur en fuite en Turquie. No Pasaràn lève peu de mystères sur le passé de Fridman. A nos questions, il n'apporte pas de réponses définitives : qui est l'épouse de Fridman ? Est-elle morte ? Est-il divorcé ? Pourquoi séduit-il les femmes sans s'attacher à elles ? Est-ce pour cela qu'il est si mystérieux ? Comme lui dit Claire, la journaliste belge qu'il rencontre sur le chemin de Barcelone : "Vous êtes l'homme le plus réservé que je connaisse".

Peu expansif sans doute, presque taciturne à certains moments, Fridman en tout cas est fidèle en amitié, et c'est pour cela qu'il se laisse convaincre par Ida Treves de retourner en Espagne et de rechercher son mari, Guido, dont elle est sans nouvelles depuis deux mois. C'est ainsi que commence sa troisième aventure dans l'Europe de la fin des années 30. A travers les rues de Barcelone, les réseaux politiques, militaires ou personnels, le lecteur suit les difficultés de Fridman pour retrouver le trace de son ex-compagnon de combat, les quelques indices, les pièges, les traquenards, et essaie de deviner avec lui pourquoi Treves a disparu : s'est-il enfui, a-t-il trahi le parti Communiste en train de perdre la guerre ?

Dans cet album, Giardino installe une ambiance, un suspense, et positionne tous ses personnages à leur juste place sur l'échiquier d'un scénario sans failles, verrouillé jusque dans les moindres détails, comme à son habitude. "Je suis les traces de Treves", tel semble être le credo de Fridman tout au long de ces pages. Et ces traces mènent au front. Rendez-vous au prochain épisode pour savoir dans quelle fourmilière Fridman a mis les pieds.

Le dessin est soigné et rappelle ceux d'Hergé ou d'Edgar P. Jacobs. De fait, il y a du Blake & Mortimer dans Max Fridman : les héros partagent des valeurs humanistes et incarnent une certaine rectitude morale qu'ils savent ne pas confondre avec la rigidité intellectuelle. On remarque avec bonheur le même souci du réalisme et la même exigence graphique. Avec Giardino, le lecteur plonge véritablement dans l'époque et saisit bien les manoeuvres politiques dans l'ombre des différentes formations politiques. Il comprend que les querelles de personnes s'ajoutent aux divergences idéologiques et observe de l'intérieur les louvoiements et les concessions diplomatiques, le climat trouble de la guerre présente ou imminente, l'influence des événements et l'impuissance des démocraties à enrayer le processus qui conduit vers la guerre. L'auteur convoque aussi de grands personnages, qu'il ne met pas en scène mais dont il parle pour en faire des figures emblématiques cautionnant les engagements de ses propres héros : Capa, Dos Passos, ou Arthur Koestler, qui est présenté comme un ami de Fridman.

Tout cela crée une toile de fond dont le lecteur s'imprègne avec passion : il est mûr alors pour suivre des destins individuels à travers une tragédie collective. Et c'est cette rencontre réussie entre l'histoire et des hommes ordinaires, entre l'éternel et l'éphémère, qui donne à la série, et notamment à ce troisième tome, cette si grande force et cette originalité profonde. Giardino raconte une histoire qui est à mi-chemin entre la fidèle mais froide enquête historique et la pure fiction à laquelle on ne s'attache que pour s'évader : le lecteur est comme englué dans le vraisemblable, obligé de tourner les pages pour découvrir le sort d'un homme auquel il finit réellement par s'identifier.


Thomas Bronnec
( Mis en ligne le 11/07/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd